Toujours devancée au niveau des ventes par les Renault Clio et Peugeot 208, la Citroën C3 se renouvelle aujourd’hui avec l’ambition de pouvoir enfin faire de l’ombre à ces deux références. Alors, possible ou non ?

Lancée en 2002, la C3 est un modèle essentiel pour Citroën. Depuis ses débuts, il s’en est écoulé plus de 3,5 millions d’exemplaires et elle est devenue le modèle de la marque le plus vendu. Apparue en 2009, la seconde génération de Citroën C3 s’est très vite imposée comme une valeur sûre du segment des citadines. Elle figure ainsi toujours dans les 10 meilleures ventes en France. Pourtant, elle n’a jamais réussi à atteindre le niveau des références que peuvent être une Peugeot 208 ou une Renault Clio, cette dernière caracolant en tête des ventes dans l’Hexagone. Aussi, alors que la concurrence est de plus en plus vive dans une catégorie qui représente une vente sur trois en France et une sur dix en Europe, Citroën a décidé de repartir tout simplement de zéro.

Avec ou sans airbumps, à vous de décider.

C3 SANS AIRBUMP
C3

Cette remise à plat passe avant tout par un nouveau design. Finie l’époque de la C3 rondouillarde. Elle arbore des lignes totalement différentes, plus masculines mais aussi plus dynamiques. Parmi les nouveautés, on remarque tout de suite les airbumps, hérités de la C4 Cactus, mais ici de taille réduite et implantés plus bas, ainsi que les très nombreuses possibilités de personnalisation – attention toutefois, ces deux éléments sont uniquement de série sur le niveau le plus haut Shine. Sont ainsi disponibles neuf teintes de carrosserie (Blanc Banquise, Noir Perla Nera, Gris Shark, Gris Aluminium, Rouge Rubi, Almond Green, Cobalt Blue, Orange Power et Sable) associées à 3 teintes de toit (Blanc Opale, Noir Onyx, Rouge Aden), soit près de 36 combinaisons si on prend en compte les peintures classiques.

Ses touches de couleurs ne se cantonnent pas seulement au toit, puisqu’elles se retrouvent aussi au niveau des entourages d’antibrouillards, des airbumps ou des coques de rétroviseurs. C’est nouveau chez Citroën, la C3 mise désormais sur son look.

Comme les précédentes générations, la nouvelle C3 est uniquement disponible en 5 portes, ce qui est le cas de 90 % du marché des citadines. Elle mesure désormais 3,99 m soit 5 cm de plus que l’ancienne, mais en dessous de la barre des 4 mètres. Moins haute (1,47 m), elle abandonne son pare-brise zénithal, qui connaissait pourtant un beau succès auprès des clients. Il peut être remplacé par un toit panoramique, mais en option.

Pas de changement en revanche au niveau des aspects pratiques, que ce soit au niveau de l’habitabilité arrière toujours dans la bonne moyenne ou du volume du coffre avec 300 litres (une valeur identique à l’ancienne) – l’un des meilleurs de la catégorie. Seul regret, le seuil de chargement haut. Il faut ajouter à cela de très nombreux rangements dans l’habitacle.

Citroen-C3-2017-1600-5b
Citroen-C3-2017-1600-4c

L’habitacle confirme également le changement d’époque de cette C3. Lui aussi fait table rase du passé. La planche de bord -désormais très rectiligne- s’inspire clairement du monde de l’ameublement. Une tendance de fond chez Citroën, que l’on retrouve également dans le concept C-Xperience. Déclinable en basique, Metropolitan Grey, Urban Red, Hype Colorado, l’ambiance à bord est très agréable avec une instrumentation tout à fait lisible complétée par un écran tactile repris des C4 Cactus et C4 Picasso., malheureusement implanté un peu trop bas.

Citroen-C3-2017-1600-52
Citroen-C3-2017-1600-53

Finalement, le principal reproche que l’on peut émettre concerne la qualité des matériaux utilisés. Beaucoup trop de plastiques durs comme par exemple sur la planche de bord. Celui-ci reflète même dans le pare-brise, ce qui s’avère gênant. Citroën commet donc la même erreur que Renault au lancement de sa Clio, mais ce dernier avait corrigé le tir à l’occasion du restyling de sa citadine. Sans cela, Citroën nous livrait une copie presque parfaite.

Sur route : priorité au confort

Contrairement à certains constructeurs, Citroën n’a pas fait l’impasse sur le diesel. On retrouve donc 5 moteurs au lancement : 3 essence – uniquement des trois cylindres (68, 82 et 110 ch) – et 2 diesels (HDI 75 ch et BlueHDi 100 ch).

Le 82 ch essence représente le cœur de gamme et donc la majorité des ventes. Bien connue, cette motorisation se montre à l’aise dans la plupart des situations, à condition toutefois de ne pas trop lui en demander car ses reprises et ses accélérations sont loin d’être fulgurantes. En atteste la fiche technique avec un 0 à 100 km/h abattu en 14,6 s. Pourtant la C3 est légère, avec un poids annoncé de 980 kg. Comme beaucoup de trois cylindres, ce bloc souffre de quelques vibrations mais également d’une sonorité trop importante, voire envahissante, et guère plaisante à l’oreille quand on le sollicite un peu trop, c’est-à-dire au-delà de 3 500 tr/min. L’autre défaut réside dans la consommation un peu élevée, aux environs de 7 l/100 km.

Citroen-C3-2017-1600-05
Citroen-C3-2017-1600-4b

Depuis quelque mois, Citroën souhaite revenir à l’une des valeurs-clés de l’histoire de la marque : le confort. Le programme Citroën Advanced Confort a été lancé au mois de juin dernier et cela commence déjà à se voir déjà sur cette C3, en attendant les prochains modèles de la marque où cela devrait être encore plus probant. Quand on évoque cette notion, impossible de ne pas parler des sièges. Identiques à ceux du C4 Cactus, ils ont une forme proche de celle d’un canapé. Large et particulièrement moelleux, ils procurent un excellent confort mais souffre comme c’était déjà le cas sur le Cactus d’un maintien insuffisant lorsque les virages apparaissent. En clair, si vous roulez paisiblement, vous serez comblé par votre C3. Si vous augmentez le rythme, le bilan est moins convaincant en raison de mouvements de caisse assez marqués et d’une direction manquant d’informations. C’est sûr, la nouvelle C3 est loin d’être le modèle le plus dynamique du segment. Terminons par le comportement d’ensemble, qui s’avère, malgré ce manque de dynamisme, tout à fait satisfaisant et rassurant.

Équipement : de la techno pour pas cher

La composition de la gamme de la C3 est désormais classique avec trois niveaux dénommés Live, Feel et Shine.

L’entrée de gamme de la C3 est très accessible mais en contrepartie, il faudra composer avec une dotation très chiche. Mis à part le fait qu’il faudra faire l’impasse sur les airbumps. vous aurez droit à 6 airbags, la direction assistée, l’aide au démarrage en pente (sauf sur PureTech 68), la banquette arrière rabattable 60/40, la condamnation centralisée à distance, les vitres avant électriques, l’ordinateur de bord, le régulateur de vitesse, le volant réglable en hauteur et profondeur mais surtout le pack Safety comprenant l’alerte franchissement de ligne, la reconnaissance panneaux et la surveillance conducteur.

Avec le second niveau, vous accédez à la climatisation manuelle, au système audio 4 HP avec Bluetooth et prise USB, aux feux de jour à LED, les antibrouillards ainsi que les rétroviseurs électriques et dégivrants.

Citroen-C3-2017-1600-4e
Citroen-C3-2017-1600-64

Enfin, c’est bien évidemment en finition Shine que cette C3 se montre la plus sympa avec les airbumps, et la carrosserie bi-ton. Vous aurez droit également à la climatisation automatique, les radars de recul, le système multimédia avec écran tactile de 7 pouces et fonction Mirror Screen, le système audio 6 HP, les quatre vitres électriques ainsi que l’allumage automatique des phares et essuie-glaces.

Il faudra toutefois passer par le rayon options si vous désirez avoir la caméra de recul (250 €), la navigation (1 090 €), les vitres arrière surteintées (110 €) ou la ConnectedCAM (270 à 450 € suivant les finitions). Des équipements de série sur certaines finitions des modèles rivaux.

Le point high-tech

La principale innovation technologique de la C3 réside dans la caméra implantée au niveau du rétroviseur intérieur. Dénommée « ConnectedCAM Citroën », elle dispose d’un grand angle 120°, d’un GPS et d’une mémoire interne de 16 Go lui permettant d’enregistrer ce que le conducteur voit à l’extérieur du véhicule. Il peut ainsi conserver des photos de ses différents voyages. Grâce à cette fonction sauvegarde, le système a également un rôle à jouer en termes de sécurité : en cas de choc, l’enregistrement est automatiquement activé et permet de sauvegarder une minute trente (30 secondes avant/1 minute après). Des informations utiles lors d’un accident afin de constituer un élément de preuve.

Côté finances : tous les tarifs, la concurrence

Pour cette C3, Citroën a mis en place une nouvelle politique tarifaire dénommée « fair pressing« , dont le but est d’afficher un prix correspondant à ce que le client paiera. Citroën souhaite ainsi sortir du cycle prix élevés- remises élevées. Le prix de la nouvelle C3 est donc en baisse : jusqu’à 1 000 € selon les versions avec une diminution moyenne de 750 €, avec des tarifs débutant à 12 950 € TTC (contre 13 600 € TTC pour la précédente version), alors que ses deux principales concurrentes françaises, 208 et Clio, sont à 13 300 €  et 13 700 €.

Si on prend notre version d’essai, la Puretech 82 ch, l’écart est encore plus important. En finition d’entrée de gamme, l’écart monte à près de 3 000 € en faveur de la C3. En finition intermédiaire, il se réduit à tout de même 900 €, toujours en faveur des Chevrons.

Bilan : elle revient dans la course

Avec un design nettement plus moderne et jeune, un équipement complet et technologique ainsi qu’un confort de tout premier plan, la nouvelle C3 revient clairement sur le devant de la scène du segment des citadines. En plus de ces sérieux arguments, elle peut se prévaloir de tarifs très agressifs et surtout, inférieurs à la concurrence. De quoi faire réfléchir au moment de l’achat.

Les +

  • Le nouveau design
  • L’excellent rapport prix/prestations
  • Les aspects pratiques
  • L’habitabilité
  • Le confort

Les –

  • Les nombreux plastiques durs
  • Les mouvements de caisse
  • Le manque de dynamisme