Alfa Roméo

L’Alfa Romeo MiTo restylée finalement dévoilée à Genève… Alfa Romeo a attendu l’ouverture du salon de Genève au grand public pour présenter sa nouvelle MiTo restylée. La petite italienne reçoit une légère mise à jour esthétique, une nouvelle motorisation et plus de technologies.

alfa mito restylé
alfa mito restylé int

Les changements extérieurs ne sautent pas aux yeux, mais lui donnent un air de famille plus prononcé avec la nouvelle Giulia. La calandre a été légèrement redessinée, les optiques subtilement retravaillées et un diffuseur arrière fait son apparition. 9 couleurs de carrosserie sont désormais disponibles et 8 dessins de jantes sont proposés (dont trois nouveaux), de 16 à 18 pouces.

Sous le capot, l’apparition d’un petit moteur essence – 1.3 Multijet 95 chevaux – constitue le principal changement. Pour l’heure, les caractéristiques connues sont les suivantes : 12,5 secondes pour passer de 0 à 100 km/h et 180 km/h pour la vitesse de pointe.

L’Alfa Romeo Giulia retardée pour des problèmes de conception… Au salon de Genève, Alfa Romeo a enfin dévoilé la version classique de la Giulia. Le lancement de la berline a subit un retard important suite à des problèmes d’ingénierie.

alfa giulia

C’était en juin dernier. Alfa Romeo présentait sa nouvelle Giulia dans sa robe sportive, en version V6 Quadrifoglio Verde. Complètement finalisée, la berline n’attendait que sa commercialisation mais les mois se sont écoulés, sans nouvelles de la grande italienne.

Il y a quelques jours à Genève, Alfa Romeo levait enfin le voile sur la version classique de la Giulia et annonçait une commercialisation autour du 15 avril prochain. Ces 10 mois de délai, depuis la présentation de la  Quadrifoglio Verde, ne sont pas le fruit d’une stratégie marketing. La rumeur affirmait que la marque s’était faite recalée aux tests Euro NCAP.

alfa giulia int

Fabrizio Curci, le patron de la marque a enfin donné quelques explications. Il n’évoque pas de problème de crash-test mais affirme plus évasivement que le retard serait dû à des soucis d’ingénierie. Selon lui, la voiture est désormais prête et répond aux exigences de sécurité. Il rappelle au passage que la Giulia est une voiture totalement nouvelle et que les ingénieurs Alfa sont partis d’une feuille blanche pour la concevoir.

 Alfa Romeo Giulietta : un timide restylage… La Giulietta restylée peine à attirer les foules sur le stand Alfa Romeo. Et pour cause, il faut un œil averti pour différencier cette nouvelle version.

alfa giulieta

Deux Giulietta sont exposées sur le stand Alfa Romeo du salon de Genève 2016, mais tous les journalistes se pressent autour de la grande nouveauté, la Giulia, qui dévoile enfin sa gamme.

Pourtant, la Giulietta profite du salon de Genève 2016 pour évoluer. Ainsi, la partie avant est inspirée de celle de sa grande sœur avec une calandre plus large et un bouclier qui reçoit un insert façon… Giulia.

alfa giulietta int

Côté motorisations, Alfa Romeo fait le ménage dans la gamme en retirant les offres de 105 ch en essence comme en diesel. En revanche, une version 1.6 JTDm de 120 ch accouplée à la boîte à double embrayage TCT fait son apparition. Avec des rejets de CO2 de 99 g/km, celle-ci devrait séduire les entreprises.Les niveaux de finition évoluent également : sont ainsi proposées Giulietta, Super, Lusso et Veloce. Cette dernière remplace la Quadrifoglio Verde, uniquement disponible avec le 1 750 TBi de 240 ch.Cette nouvelle Giulietta sera commercialisée entre 21 690 € et 34 850 €, à partir du 11 mars 2016.

Audi

Audi Q2 : un petit SUV inédit chez Audi… L’événement, c’est l’Audi Q2, le nouveau SUV urbain qui complétera la gamme loisirs vers le bas. Derrière lui s’annonce une stratégie de rajeunissement de la clientèle… comme chez Mercedes ?

audi q2 bleu
Q2 int bleu

Bain de jouvence chez Audi avec un DJ de renom, une pléiade de boules à facettes et une pluie de couleurs. La marque aux anneaux emboîte le pas à sa rivale Mercedes et cherche de toute évidence à cibler un public plus jeune. L’Audi Q2 est le parfait intermédiaire pour entreprendre cette conquête…
Un bandeau sur le bas de la planche de bord, la contre-porte ou le bas de la console centrale peut être teinté couleur caisse. Dans la foulée de l’Audi A1 et de l’Audi A1 Sportback, qui proposent respectivement des arches de pavillon et l’ensemble du toit de couleur contrasté avec le reste de la carrosserie, l’Audi Q2 joue la carte bicolore mais avec plus de parcimonie.

Audi est le constructeur premium qui vend le plus de SUV dans le monde. Un modèle Audi sur trois fait partie de la gamme « Q ». Pourtant, le constructeur n’est pas celui qui possède le plus de SUV dans son catalogue… C’est pourquoi la marque doit impérativement étendre son offre pour conserver cette avance. L’Audi Q2 vise donc plus bas que le Q3, précisément là ou Mercedes et BMW ne sont pas encore implantés. Pour l’instant, seul le Mini Countryman est en lice, mais il est en fin de vie et de surcroît absent du salon de Genève 2016, où l’Audi Q2 fait sa première apparition mondiale. Le tempo est donc bien choisi !

Audi S4 Avant 2016… L’Audi Q2 a monopolisé l’attention de tous lors de la conférence de presse de la marque. Pourtant, sur le stand, la nouveauté produit immédiate c’est l’Audi S4 Avant. Après la berline Audi S4 présentée au salon de Francfort 2015, voici le break Audi S4 Avant au salon de Genève 2016.

audi s4

La nouvelle Audi S4 Avant reprend le moteur V6 essence 3.0 TFSI de l’Audi S4 berline. Ce moteur développe 354 ch et 500 Nm de couple distillé à une transmission intégrale quattro via est une boîte automatique Tiptronic à huit rapports.

audi s4 int2

Les performances de l’Audi S4 Avant sont à l’avenant avec un 0 à 100 km/h réalisé en 4,9 s. C’est deux dixièmes de plus que la berline S4. La vitesse maximale est de 250 km/h. L’Audi S4 Avant est homologuée pour une consommation de 7,5 l/100 km et des rejets de CO2 de 175 g/km.

L’Audi S4 Avant sera commercialisée à l’été 2016. Son tarif n’est pas encore connu, mais le prix de base en Allemagne est de 61 150 euros. Les prochaines évolutions de la famille Audi A4 seront la version hybride rechargeable Audi A4 e-tron puis la démoniaque Audi RS4. Encore un peu de patience…

Audi RS Q3 Performance : plus de chevaux pour le salon de Genève 2016… Son futur petit frère, l’Audi Q2, ciblera une clientèle plus jeune. L’Audi Q3, lui, s’émancipe en direction d’une population sensible à la sportivité de haute volée. Place au RS Q3 Performance !

audi rs q3

Pourquoi cette version est-elle lancée si rapidement alors que l’Audi Q3 restera au catalogue jusqu’en 2018 ? La réponse est simple. Il réplique à la hausse de puissance (+ 21 ch) du Mercedes GLA 45 AMG qui revendique désormais 381 ch. Audi transforme ainsi le RS Q3 en RS Q3 Performance.

Le moteur à cinq cylindres turbo 2.5 TFSI du SUV compact passe de 340 à 367 ch. Avec pour conséquence des performances qui donnent le tournis : une vitesse maximale de 270 km/h et un 0 à 100 km/h expédié en 4,4 s contre 4,8 s pour l’ancien RSQ3.

audi rs q3 ar

Dès lors, ce modèle qui emploie sa transmission intégrale uniquement pour accroître la motricité sur route bitumée, n’a plus aucune envie de poser ses « fragiles » roues de 20 pouces sur les sentiers. Un SUV intégralement routier en somme, on n’est plus à un paradoxe prêt.

BMW

BMW i8 Protonic Red : la i8 voit rouge à Genève… Entretenir le désir en multipliant les touches exclusives. Cette méthode de marketing frappe désormais la BMW i8. Le constructeur l’annonce déjà : la série limitée Protonic Red ne sera pas qu’un coup d’essai.

bm i8

Les spécialistes du luxe allemand n’ont pas leur pareil pour rendre leurs modèles le plus désirable possible. Le spécialiste en la matière est sans nul doute Porsche, qui parvient avec des éditions spéciales à peine modifiées de ses modèles à susciter le désir de ses clients, voire la spéculation. Cette méthode n’a pas échappé à BMW, qui compte bien la reprendre à son compte pour sa i8 Protonic Red.

Certes, la couleur rouge compte des « éclats de couleur Frozen Grey métallisé » et la sellerie spécifique arbore des surpiqûres rouges tandis que des inserts de carbone et de céramique agrémentent l’habitacle. Cependant, cette i8 en série limitée ne se distingue que très peu de ses sœurs de gamme.

Quoi qu’il en soit, cette première édition spéciale de la sportive BMW arrivera en juillet prochain, à un tarif encore inconnu.

Fiat

Fiat 124 Spider : la japonaise sauce italienne à Genève 2016… dévoilée pour la première fois au salon de Los Angeles 2015, la Fiat 124 Spider pose pour la première fois ses roues sur le Vieux Continent. Elle est la vedette du stand Fiat au salon de Genève 2016.

spider 124 av 2
spider 124 ar

fiat spider 1

Joyeux anniversaire ! 60 ans après l’apparition du premier 124 Spider, sa descendance trône fièrement sur le stand Fiat. C’est cette dernière qui attire l’attention des journalistes du salon de Genève 2016. Il n’est pas toujours facile de s’en approcher, et encore moins de monter à bord.

Si le gabarit et les proportions diffèrent entre les deux modèles, des similitudes se retrouvent dans les détails. Calandre, feux arrière, forme des jantes, les clins d’œil au passé sont subtils ,mais il faut avoir l’œil pour les remarquer.

spider 124 phare

spider 124 feu ar

A l’intérieur, le Spider Fiat rappelle une autre auto, la Mazda MX-5. Pas étonnant puisque la japonaise sert de base technique à l’italienne. Sans le logo placé au milieu du volant, il est impossible de distinguer les deux modèles, dommage.

Malgré l’intérieur strictement identique, on est bien installé au volant de l’italienne. L’assise est basse, le pommeau de levier de vitesses, aux débattements courts, tombe directement sous la main, l’ergonomie est quasi parfaite. De plus, il est possible d’ouvrir et de fermer la capote sans bouger du siège. Pratique, lors d’une averse soudaine.

Sous son capot, la Fiat abrite le 1.4 turbo de 140 ch qui devrait privilégier la souplesse d’utilisation aux performances. Pour les sportifs, une déclinaison Abarth de 170 ch est présente sur le stand d’à côté. Commercialisé au mois de juin 2016, le Fiat 124 Spider sera proposé entre 25 990 € et 30 990 €.

fiat 124 int

Fiat Tipo 5 portes : celle qu’il nous faut… Après la Tipo 4 portes, Fiat présentera au salon de Genève 2016 la Tipo 5 portes, avec un hayon. Comme sa sœur à coffre, les tarifs devraient être compétitifs tout en offrant un accès au coffre plus pratique.

fiat tipo av

Les versions à coffre ne rencontrent pas le succès en France. Alors malgré des prix très serrés et une bonne dotation en équipements, la Tipo 4 portes restera confidentielle. En revanche, la berline 5 portes, présente au salon de Genève 2016, séduira beaucoup plus.

Si sa ligne ne présente guère d’originalité, l’ensemble est équilibré et plutôt réussi. La Fiat Tipo fait dans le sérieux pour rassurer. Plus courte de 16 cm (4,37 m) que la berline 4 portes, son coffre est aussi moins grand mais propose un volume fort appréciable de 420 litres.

fiat tipo ar

Sa gamme devrait être presque identique à celle de sa sœur avec deux moteurs à essence (1.4 95 ch et 1.4 T-JET 120 ch) contre un seul pour la version à malle, deux diesels (1.3 MultiJet 95 ch et 1.6 MultiJet 120), et trois niveaux de finition (Tipo, Pop et Easy). Elle pourra donc bénéficier du système multimédia Uconnect avec différents services en ligne : TomTom Live, Deezer, TuneIn, Facebook… Il sera également compatible avec Apple CarPlay et Android Auto.

Au final, Fiat proposera une gamme Tipo complète avec la quatre portes, cette version à hayon et un break, en phase finale de développement.

Fiat Kung-Fu Panda : la peluche italienne du salon de Genève… C’est une Panda qui se prend pour un Panda. La petite italienne s’est transformée en mammifère chinois pour le salon de Genève. Trognon, comme une peluche.

fiat kung fu panda av

Elle est blanche à tâches noires, elle pèse 900 kg et a été aperçue dans les Alpes près de Genève. Non, il ne s’agit pas d’un bovin, mais d’un Panda. Originaire des forêts tropicales asiatiques, le mammifère fait une apparition au salon de Genève, le temps d’un concept-car « Kung Fu Panda », clin d’oeil au film d’animation de Dreamworks.

Pour cette métamorphose, la petite Fiat Panda reçoit une peinture blanche avec un cerclage noir autour des optiques (pour imiter les yeux de l’animal) et un revêtement synthétique à poil ras noirs recouvrant le toit et la partie arrière.

La personnalisation intérieure fait appel à la même gamme de couleurs : sellerie noire et blanche et têtes de panda imprimées sur les appuis-tête. Et pour égayer le tout, les ceintures jaunes sont rayées de marron pour rappeler les bambous chers aux animaux asiatiques. Allez-y, vous pouvez le caresser : l’animal n’est pas méchant !

Ford

Ford Kuga restylé (2016) : sur un air de Edge… C’est à s’y méprendre : sous nos yeux, la face du nouveau Ford Kuga ressemble comme deux gouttes d’eau à celle du Edge, le grand SUV de la marque. Mais le Kuga sera mieux placé pour l’Europe et se dévoile au salon de Genève.

ford kuga vue av
ford kuga ar

Avant la conférence de presse Ford au salon de Genève 2016 qui fera place au Kuga en finition Vignale, Ford a présenté le Kuga restylé lors d’une soirée privée. Une manière de porter l’attention sur un modèle qui doit se relancer. Après une première génération qui a connu le succès, le Ford Kuga est en effet à la peine sur notre marché avec ce second modèle lancé en 2013.  Il faut dire qu’au moment où il se montrait moins séduisant, la concurrence était de plus en plus nombreuse et pertinente : Kia Sportage, Nissan Qashqai II, Renault Kadjar.

Après une première vague d’améliorations en 2015 avec des nouveaux moteurs, place donc à cette version restylée du Kuga. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’opération cosmétique se voit ! Et c’est plutôt réussi : le Kuga abandonne sa face en forme de bec pour cette grande calandre plus statutaire. D’ailleurs, la calandre du nouveau Kuga ressemble comme deux gouttes d’eau à celle du grand frère Edge, un SUV plus imposant et d’abord destiné aux marchés américains mais qui arrivera néanmoins en Europe au printemps 2016.

ford kuga int
ford kuga phare

Le Kuga restylé n’arrivera lui, qu’en octobre 2016. Il faut donc encore patienter pour s’offrir son nouveau look, mais aussi ses nouveaux aménagements dans l’habitacle : nouveau volant, console redessinée, écran tactile plus grand, moins de boutons et frein à main électrique. Pour les plus technophiles, le Kuga se dote de l’Apple CarPlay, d’Android Auto et de la connectivité Sync3. C’est bien, mais à bord ce n’est toujours pas la fête avec un dessin de la planche de bord qui manque vraiment de sobriété et une finition très moyenne.

Le Kuga restylé passe aussi par la downsizing de sa mécanique avec le nouveau 1.5 TDCi de 120 ch (4,4 l/100 km homologué et 115 g de CO2 en version 4×2). Il remplace le 2.0 TDCi de 120 ch et constitue l’entrée de gamme du Kuga diesel de 2016. Les versions 2.0 TDCi de 150 et 180 ch sont reconduites sans modification. Côté essence, pas de changement avec le 1.5 Ecoboost en déclinaison 120, 150 et 182 ch.

Enfin, les versions 4×4 du Kuga restylé recevront la dernière évolution de la transmission iAWD qui permet d’ajuster le couple moteur roue par roue pour une meilleure traction dans les situations difficiles.

La Ford Fiesta ST200 s’impatiente à Genève… Pour fêter son passage à 200 ch (voire plus grâce à un overboost), la nouvelle Ford Fiesta ST200 s’est offert une petite soirée sportive à Genève.Intenable, la petite Fiesta ! Avant même l’ouverture du salon de Genève 2016, elle s’est révélée à la presse à la veille du salon dans une inédite version ST 200.

ford fiesta st200 av
ford st200 vue ar

Avec 6,7 s de 0 à 100 km/h (2 dixièmes de gagné) et 230 km/h, la Fiesta ST200 vient coller aux basques des petites sportives françaises : Renault Clio RS et Peugeot 208 GTi. Quand on sait les qualités du châssis de la Fiesta ST (précision et agilité), cela promet de beaux matchs de GTI en perspective. En attendant d’en découdre sur le bitume, la Fiesta ST200 s’installe sur la douce moquette du salon de Genève. Pour les amateurs de petites GTI, le stand Ford sera donc  un passage obligatoire !

Hyundai

Hyundai Ioniq, une hybride, une hybride rechargeable et une électrique… Hyundai présente à Genève la triplette Ioniq. Issue d’une plateforme commune, elle se décline sous trois formes : une hybride essence classique, une hybride essence rechargeable et une tout-électrique

hyunday ionic vue av
hyunday ionic ar

Trois Ionic, trois possibilités chez Hyundai. A partir d’une plateforme commune partagée avec Kia, le constructeur décline une berline compacte proposant trois concepts basés autour de la propulsion électrique. Son allure aérodynamique rappelle celle d’une Prius, qu’elle concurrence directement.

La version hybride classique sera la première à être commercialisée, à partir de septembre prochain. Si les tarifs sont pour le moment inconnus, on sait toutefois qu’elle dispose d’un moteur thermique accouplé à un  bloc électrique de 32 kW (43,5 ch).L’ensemble atteint une puissance cumulée de 141 ch, pour des émissions annoncées de 79 g/km et une vitesse de pointe de 185 km/h.  La batterie de 1,56 kWh est installée sous les places arrière afin d’éviter toute déperdition d’espace. Elle accueille une vraie roue de secours sous son double fond de coffre, contrairement aux deux autres.

hyunday ionic int
hyunday ionic électrique

La seconde, dotée d’un système rechargeable, arrivera début 2017. A l’instar de l’hybride classique, cette version accueille le même moteur thermique 1.6 GDI, accouplé à une transmission automatique à double embrayage de six rapports. Un système moins bruyant que la transmission CVT de la Toyota Prius quand on le sollicite. Par contre, son moteur électrique est un peu plus important (61 ch pour une puissance cumulée toujours identique de 141 ch). Il est alimenté par une batterie bien plus imposante de 8,9 kWh. Une fois entièrement rechargée, celle-ci permet de rouler en silence sur une distance de 50 km. De quoi limiter les émissions de CO2 à 32 g/km.

La version « entièrement propre », qui se distingue par une calandre spécifique, sera commercialisée à partir d’octobre prochain. Elle comprend un moteur électrique de 120 ch installé à l’avant, pour une vitesse maxi de 165 km/h. La batterie de 28 kWh lui permettrait de parcourir jusqu’à 250 km avant chaque recharge. Une autonomie prometteuse qui demande à être vérifiée. Affaire à suivre !

Jeep

Jeep fête ses 75 ans au salon de Genève 2016 avec une série spéciale… Jeep ne présente pas de nouveau modèle à Genève mais y fête ses 75 ans. Aux côtés de la Willys de 1941 sont exposées de nouvelles séries limitées « 75e Anniversaire » des Renegade, Cherokee, Grand Cherokee et Wrangler.

Sur le stand Jeep du salon de Genève 2016, les anciens modèles sont davantage mis en valeur que les nouveaux. En effet, une Jeep Wagoneer de 1976 est exposée en hauteur, juste devant une magnifique Jeep Willys Wagon de 1947. L’incontournable Jeep Willys-Overland MB de 1941, celle par qui tout a commencé, figure en bonne place. Ce qui nous intéresse tout particulièrement sur le stand du constructeur est la série limitée 75e Anniversaire, disponible sur toute la gamme (Jeep Renegade, Jeep Wrangler, Jeep Cherokee et Jeep Grand Cherokee) et diffusée à 8 000 exemplaires.

Le plus petit de la gamme, le Jeep Renegade reçoit une couleur spécifique Jungle Green, des jantes de 18 pouces spécifiques, le toit ouvrant et de nouveaux sièges. Le moteur est le 1.4 MultiAir de 170 ch associé à la boîte automatique à 9 rapports.

Le Jeep Cherokee est un peu plus discret et les évolutions sont davantage à l’intérieur. Ainsi, les sièges sont habillés de cuir, le système Uconnect avec GPS et écran de 8,4 pouces est de série comme les phares bi-xénon et le toit ouvrant panoramique.

Le Wrangler est celui qui a le plus d’allure. La couleur Sarge Green lui va comme un gant et la face avant est un peu spécifique : la calandre reprend la teinte de la carrosserie et le cerclage des phares est façon bronze. Bonne nouvelle, le capot abrite un bloc V6 3.6 essence de 271 ch !

Le Jeep Grand Cherokee est un peu plus sage côté motorisation avec un diesel 3.0 de 250 ch. Il reçoit une peinture « Brilliant Black », des jantes alliage de 20 pouces habillées de pneus mixtes (tout-terrain/route).

Kia

Chez Kia, la foule du salon de Genève se presse autour du Niro… C’est peu de dire que le Kia Niro est le véhicule le plus attendu de la marque coréenne à Genève. Les deux modèles bleus exposés sur le stand sont pris d’assaut, et le constructeur ne fait pas mystère de ses ambitions commerciales.

kia niro
kia niro vue int

2 000 exemplaires en France en moins de quatre mois de commercialisation en 2016. Ce sont les ambitions de Kia concernant son nouveau SUV compact hybride, le Niro, qui sera lancé à partir de septembre prochain. Autant dire que la marque espère beaucoup de son nouveau modèle dont les deux exemplaires bleus présentés sur le stand à Genève suscitent beaucoup de curiosité.

Avec son aspect de SUV compact, le Niro est en effet en plein dans le cœur du segment qui fonctionne sur le marché européen. Autant dire que l’auto a des chances de succès plus grandes que la Hyundai Ioniq avec laquelle il partage sa motorisation.

Rappelons que ce modèle ne sera disponible qu’en motorisation hybride : un 4-cylindres 1.6 GDI couplé à un moteur électrique logé dans la transmission double embrayage à 6 rapports. Un groupe motopropulseur qui délivre au total 141 ch et 264 Nm de couple. Ce dernier est alimenté par une batterie au lithium ion de 1,56 kWh, De quoi proposer des émissions de CO2 de 89 g/km et une autonomie en mode électrique.

kia niro phare
kia niro vue ar

Très correctement fini, le Niro offre une modularité très conventionnelle et une habitabilité de bon aloi pour un véhicule de 4,35 m de long : le coffre est ainsi aménageable en plancher plat. Très classique la planche de bord ne joue pas la technologie à outrance.

Kia annonce un tarif aux alentours de 25 000 € et une ouverture des commandes en juin.

Mercedes

Genève 2016 : premiers pas en Europe pour la Mercedes Classe E… Dévoilée lors du salon de Detroit en début d’année, la nouvelle Mercedes Classe E foule pour la première fois le sol européen à l’occasion du salon de Genève 2016. Une Classe E qui renoue avec l’élégance, du moins à l’extérieur.

mercedes classe c vue av
mercedes classe c vue ar

Sur les photos, la Mercedes Classe E ressemble beaucoup à la Classe C. Cela se vérifie sur le salon de Genève : proportion, découpe des vitres, parties avant et arrière… on relève de nombreuses similitudes entre les deux berlines.

En s’inspirant de sa petite sœur, la Classe E a gagné en élégance et en fluidité. Fini les optiques avant en deux parties et les ailes arrière « ponton » ! Malheureusement, dans l’habitacle – notamment au niveau de la planche de bord –, il est difficile de parler de sobriété… Massif, le style du tableau de bord, qui évoque celui de la Classe S, a été dicté par la présence du large écran de 12,3 pouces de diagonale. Ce dernier est certes très lisible et constitue un plus en termes de sécurité… mais il est imposant. C’est dommage car, par ailleurs, les matériaux, les assemblages et la finition générale sont de grande qualité.

A l’arrière, la sensation d’espace est appréciable. La place dévolue aux jambes est plus importante que sur la génération précédente. Les passagers des taxis apprécieront. La largeur aux coudes et la garde au sol sont convenables, mais le tunnel de servitude est toujours aussi imposant.

mercedes classe c int
mercedes classe c phare

La nouvelle E inaugure un bloc diesel quatre cylindres. Baptisé OM654, ce moteur 2.0 tout aluminium est plus léger et consomme 13 % de moins que l’ancien 2.2  (OM651).

Espérons qu’il ne rencontrera pas les mêmes soucis de fiabilité (notamment au niveau des injecteurs) que son prédécesseur…

Disponible à la commande depuis janvier 2016, la gamme se compose de quatre finitions (base, Executive, Sportline et Fascination) et de trois moteurs (E 200, E 220d et E 350d). Les prix varient de 47 350 € à 74 200 €.

Nissan

Nissan Qashqai, une version autonome dès 2017… Nissan expose au salon de Genève le Qashqai Premium Concept, un Qashqai plus huppé et doté d’un système de conduite autonome. La technologie sera lancée dès 2017.

nissan qashquai av
qashquai vue ar

C’est un Nissan Qashqai sans nouveauté apparente. Du moins de l’extérieur. Car en dehors de sa peinture mate, ses touches de cuivre ça et là ou sa finition carbone sur le bouclier et les passages de roues, rien ne différencie ce Qashqai Premium concept d’un modèle de série.

Ce Nissan Qashqai concept évolue surtout à l’intérieur. Il explore la possibilité d’offrir un nouveau niveau de finition plus élevé. Partant du principe que la grande majorité des clients choisissent déjà le niveau le plus élevé – Tekna – la marque japonaise pense qu’il pourrait être judicieux de proposer une dotation encore plus luxueuse.

qashquai vue av int
qashquai int ar

Ce concept montre la forme que cela pourrait prendre à l’intérieur avec du cuir nappa pour la sellerie, de l’Alcantara sur le tableau de bord et de nouvelles technologies, dont un système de conduite autonome.

Ce système autonome arrivera sur le Qashqai dès 2017. Basé sur les capteurs déjà présents sur la version actuelle (radars, capteurs à ultrasons et caméra), cette technologie repose sur un nouveau logiciel.

Celui-ci pourra prendre le contrôle de la voiture (volant et pédales) de 0 km/h à la vitesse maximale autorisée, mais uniquement sur les voies rapides référencées par le système de navigation. Nissan souhaite ainsi s’assurer que le véhicule roulera sans intervention humaine sur des routes parfaitement balisées.

Contrairement au système Tesla, le pilotage autonome de Nissan ne permettra pas de doubler automatiquement. Les représentants de la marque indiquent qu’il s’agit avant tout d’un système de sécurité capable de coordonner tous les systèmes déjà présents, comme le freinage automatique, le régulateur adaptatif ou la détection de présence à 360 degrés. Le tarif de ce nouvel équipement n’est pas encore communiqué.

Opel

Opel Astra 1.6 CDTI BiTurbo 160 : nouveau diesel musclé pour l’Astra… L’Opel Astra monte en puissance au salon de Genève 2016 avec un nouveau moteur diesel 1.6 CDTI BiTurbo de 160 ch. Puissance et efficience sont au rendez-vous.

opel astra cdti av
opel astra cdti ar

Tout juste élue Voiture de l’année 2016, l’Opel Astra voit sa gamme renforcée avec l’arrivée d’un nouveau moteur musclé. Ce 1.6 CDTI BiTurbo développe une puissance de 160 ch pour un couple maxi de 350 Nm disponible dès 1500 tr/min.

Les performances sont intéressantes avec une vitesse de pointe de 220 km/h et un 0 à 100 km/h réalisé en 7,5 secondes. Mais les « gros » rouleurs apprécieront davantage le faible appétit de ce moteur diesel, donné pour 4,2 l/100 km en cycle mixte, soit 111 g/km de CO2.

L’Opel Astra 1.6 CDTI BiTurbo 160 n’est disponible qu’en finition haute de gamme Dynamic. Les prix débutent à 26 900 euros. A noter que ce moteur 1.6 CDTI est également disponible en version simple turbo de 95, 110 et 136 ch.

Opel Mokka X 2016 : ne l’appelez plus Mokka… Il s’appelle désormais Opel Mokka X ! Une lettre supplémentaire pour affirmer son côté crossover (X over en anglais) alors que son museau fait moins baroudeur que celui de la version non restylée. Étrange ? Non, tout s’explique logiquement…

opel mokka x vue av
opel mokka int

Fièrement exposé sur l’estrade aux côtés du concept-car Opel GT et de la berline compacte Opel Astra tout juste auréolée du titre de Voiture de l’année 2016, l’Opel Mokka restylé, que l’on appelle maintenant Opel Mokka X a même à un podium rien que pour lui. Opel le lui doit bien. C’est pour le récompenser de son succès commercial : un demi-million d’unités écoulé en trois ans.

Le restylage de l’Opel Mokka est bien visible. D’emblée son museau façon Opel Astra lui donne plus d’élégance et une prestance davantage  haut de gamme que la version actuelle. Cette dernière devait à tout prix asseoir son statut de baroudeur quitte à surcharger un peu le trait. Fort de son succès, l’Opel Mokka X n’a plus rien à prouver de ce côté-là ! Mais l’opération d’envergure ne s’arrête pas au bouclier avant, le capot et les phares ont également été retouchés. A titre de comparaison, c’est sans commune mesure avec le restylage timide de la Peugeot 2008.

Question mécanique, ce restylage coïncide avec l’arrivée, au sommet de la gamme Mokka, d’un moteur 1.4 turbo essence de 152 ch. Ce bloc est uniquement livrable avec une transmission intégrale, associée à une boîte de vitesse automatique. L’Opel Mokka X sera commercialisé en France en fin d’année 2016.

Opel Astra TCR : la « Voiture de l’année 2016″ entre en piste… La nouvelle Opel Astra tentera sa chance en championnat de supertourisme avec cette déclinaison TCR. Son argument : un moteur 2.0 Turbo de 330 ch.

opel astra tcr vue av

L’Opel Astra TCR pour « Touring Car Racer » Series, autrement dit un véhicule de compétition étroitement dérivé d’un modèle de série, bande ses muscles au salon de Genève 2016. Les voies ultra larges et l’aileron imposant qui traverse la lunette arrière donnent le ton : l’Opel Astra TCR n’est pas une victime du « bolidage », c’est un authentique modèle de compétition.

opel astra tcr ar

Les voies ultra larges et l’aileron imposant qui traverse la lunette arrière donnent le ton : l’Opel Astra TCR n’est pas une victime du « bolidage », c’est un authentique modèle de compétition.

L’Opel Astra TCR recèle un moteur 2.0 Turbo de 330 ch, accouplé à une boîte de vitesses séquentielle à double embrayage dotée de 6 rapports. L’auto repose sur des jantes de 18 pouces de diamètre pour 10 pouces de large. Elle sera stoppée net par des étriers de freins à 6 pistons, à l’avant d’un diamètre de 378 mm et de 265 mm à l’arrière. Opel Motorsport dispose de plus de trente d’ans expérience en matière de supertourisme. L’Opel Astra TCR est commercialisée au prix de 95 000 €.

Opel GT Concept 2016 : une héritière pour la Tigra ? … Pour célébrer les 50 ans de l’Opel Experimental Gt de 1965, la marque a concocté le concept GT. Craquant à souhait, celui-ci cultive bien sûr la filiation, mais par certains côtés, il rappelle aussi l’Opel Tigra apparue quasiment à mi-chemin il y a 25 ans.

L’Opel GT 2016 annonce un nouveau design pour la marque, avec un registre formel plus fluide et plus doux. Outre les pneumatiques avant rouges, ce prototype s’illustre par ses portes monobloc avec le vitrage intégré dans les flancs. L’avantage est double : de l’extérieur, la forme apparaît plus pure, tandis qu’à bord on dispose d’une surface vitrée très haute, digne de celle offerte par une berline, loin des meurtrières réservées aux coupés.

Animé par un moteur essence à trois cylindres, l’Opel GT est d’architecture propulsion, un gage de tempérament sportif. Les concepteurs parlent d’une « efficience soignée » ; la série n’est donc plus très loin. Mais avant de retrouver celle dont la philosophie compacte et la poupe tout en rondeur évoquent une héritière naturelle de l’Opel Tigra des années 1990, il faudra faire quelques aménagements…

Ainsi, doter l’auto de véritables vitres latérales et de portes dont l’ouverture sera moins spectaculaire que sur le concept. En effet, les ouvrants de l’Opel GT se prolongent jusqu’à la roue avant avec un pivot intégré au passage de roue… Un parti pris qui évite de « polluer » inutilement le flanc par une découpe de porte sur l’aile avant et facilite l’accès à bord.

Même si la tendance est aujourd’hui à la multiplication des SUV, on attend impatiemment l’arrivée du petit coupé dans la gamme. Pour épauler la Corsa …

Seat

Seat Ateca : le SUV Seat entre dans la danse au salon de Genève 2016… Seat n’est plus la dernière grande marque généraliste à ne pas compter de SUV dans sa gamme. Avec l’Ateca, présenté au salon de Genève, le constructeur va enfin pouvoir se frotter à ses concurrents sur le marché des modèles compacts type Nissan Qashqai. Avec un prix d’appel sous les 20 000 euros.

seat ateca vue av
seat ateca vue ar

Concurrent direct des Nissan Qashqai et Renault Kadjar, le Seat Ateca ne révolutionnera pas le genre du SUV compact. D’autant qu’il reprend, en plus court, les dessous d’un modèle existant, le nouveau Volkswagen Tiguan, via la plateforme modulaire MQB du groupe VW. Et que son style s’inspire directement de celui de la Leon (calandre, signature lumineuse, etc.).

Mais c’est un vrai SUV, pas une simple compacte bodybuildée. La face avant est particulièrement virile avec sa calandre verticale, ses écopes d’air géantes ou bien encore son sabot façon alu sous le bouclier. Une robustesse non feinte se dégage également de l’arrière et des ailes, doublement soulignées de passages de roues aplatis et de plastiques de protection.

Pour prouver qu’il ne fera pas semblant, le Seat Ateca sera proposé en version 4×2 mais aussi en version 4×4. Petite concession à la transmission intégrale, le volume du coffre passe alors de 510 à 485 litres.

Si sa gamme de motorisation est très classique, avec des blocs TSI et TDI du groupe VW développant de 115 à 190 ch, l’Ateca se distingue par sa modernité intérieure, avec de nombreux équipements technologiques : caméra 360°, stationnement automatique parallèle et perpendiculaire, freinage d’urgence, connectivité MirrorLink pour les smartphones, etc.

Il emprunte des fonctions habituellement réservées à des segments supérieurs au sien. Par exemple, son hayon peut-être motorisé et même s’ouvrir d’un geste du pied lorsqu’on s’approche les bras trop chargés pour se saisir de la clé. A l’intérieur, on remarque une bonne accessibilité aux places arrière et habitabilité très correcte avec des assises inclinées qui font oublier l’absence de banquette coulissante. Le tunnel de transmission reste gênant pour le passager du milieu.

Le Seat Ateca sera commercialisé en Europe à partir du mois de juin 2016, à un tarif d’attaque agressif de 21 990 euros sur le marché français. A titre de comparaison, un Kadjar démarre à 23 800 euros et un Qashqai à 22 250 euros.

Skoda

Skoda VisionS Concept : le grand SUV de Skoda bientôt prêt… Derrière ce concept VisionS, présenté au salon de Genève 2016, se cache le futur SUV de Skoda. Capable d’accueillir sept passagers, il constituera une alternative au futur Volkswagen Tiguan XL à partir de 2017.

seat vision s vue av
skoda vision s ar

L’offensive du groupe Volkswagen sur les SUV se poursuit de plus belle. Le Concept VisionS se donne les moyens de séduire les amateurs du genre : lignes musclées, regard perçant, ceinture de caisse haute et livrée verte du plus bel effet. Skoda veut susciter l’envie. C’est plutôt réussi.

L’habitacle valorisant assume son modernisme. La planche de bord comprend deux écrans plats de 16 pouces tournés aussi bien vers le conducteur que son passager. Les occupants arrière peuvent eux compter sur deux sièges baquets séparés mêlant cuir Nappa et garnissage « Ultrasuede ».

skoda vision s int
skoda vision s int ar1

Ils profitent d’écrans individuels nichés au dos des siège avant. Derrière, les passagers du troisième rang se contentent de deux places escamotables sous le plancher, autrement moins confortables. Ce concept long de 4,70 m , large de 1,91 m et haut de 1,68 m s’adresse aux familles nombreuses et repose sur la plateforme longue MQB dont profitera également le futur Tiguan XL. Évidemment, la version définitive devrait proposer sept places et reprendre les moteurs maison : essence 1.4 TSI de 125 ou 150 ch et 2.0 TSI de 180 ch. Les derniers blocs diesels 2.0 TDI de 150 et 190 ch seront également du voyage.

La version définitive sera présentée au Mondial de Paris 2016 à l’automne, pour une commercialisation prévue en 2017.

Sous le capot, le concept Skoda VisionS dispose d’un système hybride rechargeable. Le 1.4 TSI essence de 156 ch est assisté par deux moteurs électriques : un placé à l’avant (40 kW soit 54 ch) et un autre plus puissant à l’arrière (85 kW soit 115 ch). L’ensemble peut rouler en toute autonomie sur une distance maxi de 50 km.

Quant tous les moteurs sont sollicités, le tout développe 225 ch et permet à ce joli SUV familial de passer de 0 à 100 km/h en 7,4 s. Mais, dans ces conditions, les consommations dépasseront largement les 1,9 l/100 km annoncés sur la fiche technique !

Suzuki

Suzuki Baleno 2016 : pas de diesel mais trois essence dont un hybride… Suzuki profite du salon de Genève 2016 pour présenter la Baleno dans sa configuration définitive. A défaut d’être sexy, cette citadine polyvalente se montre plutôt astucieuse.

suzuki baleno av
suzuki baleno ar

Ne vous fiez pas à sa ligne banale. Derrière le style passe-partout de cette Suzuki Baleno se cache une citadine astucieuse qui ne manque pas d’intérêt. À commencer par sa disposition intérieure qui offre un maximum d’habitabilité. Le coffre, avec ses 355 litres est le plus spacieux de la catégorie, loin devant les 285 litres d’une Peugeot 208 par exemple.

L’espace arrière aux jambes est lui aussi très important pour la catégorie et digne du segment supérieur. Dommage, le design intérieur est aussi peu enthousiasmant que celui de la carrosserie et la finition perçue, plutôt moyenne, ne relève pas le tableau.

suzuki baleno int av
suzuki baleno int ar

Suzuki dévoile aussi au salon de Genève 2016 la palette de motorisations disponibles sur la Baleno. Elle est composée de trois versions essence dont un petit bloc 1 litre « Bossterjet ». Ce moteur suralimenté à injection directe délivre 110 ch pour des rejets de CO2 de 105 g/km.

Le 1,2 l essence « Dualjet » revendique quant à lui 90 ch pour 98g/km de CO2. Et dans sa version à hybridation légère « SHVS », les émissions tombent à 94 g/km, soit une consommation moyenne de 4l/100 km.

Ce système SHVS utilise un alterno-démarreur intégré et une petite batterie lithium-ion-polymère placée sous le siège avant. Il assiste le moteur lors des accélérations et la recharge de batterie se fait à la décélération. Tout fonctionne comme sur une hybride classique, sans offrir la possibilité de rouler en mode électrique.

Les prix de la Suzuki Baleno seront communiqués peu avant son lancement en France, programmé fin avril 2016. Suzuki indique néanmoins qu’ils seront sensiblement identiques à ceux de la Swift dont l’entrée de gamme débute à environ 16 000 euros.

Toyota

Toyota Hilux 2016 : big benne à Genève… Sacré pick-up : 48 ans, 16 millions d’unités produites, sept générations… et voilà la huitième ! Le Toyota Hilux se renouvelle à l’occasion du salon de Genève, où il se laisse admirer en version double cabine.

toyota hilux lat
toyota hilux benne

Toujours exemptés de malus et de TVS, les pick-up ne cessent de prendre de l’essor sur le marché français. Dès lors, chacun veut sa part du gâteau : Mitsubishi L200 et Nissan Navara viennent d’être renouvelés, le Ford Ranger, d’être restylé, alors que Renault, Fiat et Mercedes prévoient leur arrivée sur le segment.

Le nouveau Toyota Hilux complète ce ballet de nouveautés, pour tenter de reprendre sa place de leader, soufflée de peu par le Ford Ranger l’an dernier en France : 3 270 immatriculations pour le Toyota Hilux et… 99 de plus pour le Ford Ranger. Pas mal pour le japonais, dont la génération précédente était apparue fin 2005 !

Si le gabarit du Toyota Hilux peut surprendre (à 5,34 m, il mesure 24 cm de plus qu’une BMW Série 7 !), il reste dans la moyenne du segment : 5,30 m pour un Isuzu D-Max, 5,33 m pour un Nissan Navara, 5,36 m pour un Ford Ranger. Comme ses rivaux, il propose trois types de cabine : simple à deux places, Xtra Cabine (avec deux strapontins à l’arrière et de nouvelles portes antagonistes pour y accéder), et Double Cabine à cinq places présentée au salon.

Dans ce dernier cas, la longueur de la benne atteint 1,49 m, en retrait de celle du Ford Ranger (1,55 m). Le Hilux compense en affichant la meilleure largeur maximale du segment, annoncée à 1,645 m, soit une hausse de 10 cm par rapport à l’ancienne génération. Après vérification, la largeur « utile » chute toutefois à 1,56 m.

toyota hilux int vue av
toyota hilux int ar

Comme ses récents rivaux, le nouveau Toyota Hilux n’a plus rien de la « camionnette » à bord. La position de conduite peut descendre aussi bas que celle d’un SUV moderne, la planche de bord récupère moult éléments des berlines de la marque alors qu’en finition haute, le Hilux ne manque plus de rien : clé mains libres, navigation GPS à écran tactile de 7 pouces, sellerie cuir, sièges avant électriques et chauffants. Le pack sécuritaire Toyota Safety Sense (alerte de franchissement de ligne, freinage d’urgence automatique, lecture des panneaux) vient même garnir la liste des options.

L’espace arrière évite enfin l’inhospitalité, avec une largeur aux coudes suffisante pour trois adultes, une sellerie confortable et des dossiers arrière verticaux sans que ce soit excessif. Pour une utilisation familiale, un coffre étanche peut se fixer dans la benne.

Pour cette huitième génération, le Toyota Hilux convoque un nouveau 2.4 diesel développant 150 ch (400 Nm de couple entre 1 600 et 2 000 tr/min). Disponible en 4×2, il se décline aussi en 4×4 et en 4×4 à boîte automatique. Ces deux dernières versions font grimper le poids maxi tractable de 2,8 à 3,2 tonnes. Sous sa robe modernisée de gentil SUV, le Hilux conserve toutefois une certaine rusticité technique…

Ainsi, sa transmission intégrale reste enclenchable (pas d’utilisation routière donc), et son essieu arrière est rigide à lames. Le Hilux reste un baroudeur, un vrai : gamme de vitesses courtes, différentiel arrière à glissement limité, garde au sol frisant les 30 cm… En franchissement, gare tout de même à l’empattement démesuré : 3,09 m, soit 39 cm de plus qu’une Smart tout entière !

Toyota Proace Verso 2016 : la passion du transport de troupes… Basé sur le futur utilitaire Toyota Proace, le nouveau Toyota Proace Verso en est sa version « civile ». Cousin technique des Peugeot Traveller et Citroën SpaceTourer, il vise la référence du segment, le Volkswagen Multivan…

toyota pro ace vue av

Peu connu en France, le Toyota Proace Verso est en fait le cousin des tout derniers Peugeot Traveller et Citroën SpaceTourer, remplaçant respectivement les Peugeot Expert et Citroën Jumpy. A ce titre, il est assemblé dans la même usine située dans le nord de la France.

Par rapport à ses cousins, il adopte une face avant spécifique qui affiche les codes esthétiques des dernières Toyota : calandre en V à joncs chromés, prise d’air trapézoïdale. Mais l’intérêt majeur du Proace Verso se trouve plutôt à bord, où son allure de géant cubique fait des merveilles en matière d’espace intérieur…

toyota pro ace vue int ar

Présenté en version Medium au salon de Genève 2016 (4,96 m de long et empattement de 3,30 m), le Proace Verso donne immédiatement l’envie de voyager en famille ou entre amis. La configuration retenue se compose de deux banquettes arrière 60/40 à trois places montées sur rails coulissants, mais il est tout à fait possible d’opter pour des sièges individuels pivotants, séparés par une table escamotable. Vite, les vacances !

A l’avant, les espaces de rangement semblent pouvoir accueillir le contenu du coffre d’une Twingo, alors que l’équipement est bien loin de rappeler les origines utilitaires du Proace Verso : cette finition haute Lounge embarque deux portes arrière coulissantes électriques, deux vitres de toit séparées par une ventilation arrière dédiée, des sièges avant chauffants et massants, et même un affichage tête haute !

En toute logique, le Toyota Proace Verso utilise des moteurs PSA. L’offre démarre avec un 1.6 diesel 95 ch à boîte manuelle ou robotisée, grimpe ensuite à 115 ch, puis saute directement au 2.0 180 ch (le 2.0 150 ch n’est pas retenu pour le marché français). Comme sur les Peugeot et Citroën, le diesel le plus puissant est obligatoirement associé à une boîte automatique à six rapports, et à la finition haute Lounge réservée aux Proace Verso Medium et Long. Commercialisé en septembre 2016 en France, le Toyota Proace n’a pas encore révélé ses prix. Chez Citroën, ceux du cousin SpaceTourer oscillent entre 35 100 € et 52 200 €.

Toyota Hybrid RAV4 Sapphire au salon de Genève 2016… Toyota expose au salon de Genève 2016 une étude de style baptisée Hybrid RAV4 Sapphire. Ce RAV4 haut de gamme décline une série d’équipements de personnalisation sur le thème du bleu.

toyota rav 4 vue av

Au salon de Genève 2016, il y a des showcars moins exubérants que les autres. Le Hybrid RAV4 Sapphire appartient à cette catégorie et n’entend pas se faire remarquer outre mesure. Au contraire, il joue la carte du chic, comme l’indique d’ailleurs son nom de pierre précieuse.

toyota rav 4 vue ar

Il faut avouer que sa carrosserie, bleue comme un saphir, dégage une certaine élégance. Les jantes brillantes noires en 20 pouces sont à l’avenant, comme les sabots avant et arrière chromés. Les surpiqûres bleues sur la sellerie et la finition cuir achèvent cette montée en gamme. La inserts bleu « hybride » sur la calandre ou les aérateurs intérieurs sont en revanche moins réussis.

toyota rav 4 vue int av

Comme Nissan, qui présente simultanément un concept Qashaqi Premium, Toyota tâte donc le terrain quant à l’opportunité d’un Toyota RAV4 plus premium. Car sur ce segment, la clientèle a une petite préférence pour les finitions cossues.

toyota rav 4 vue int ar 

Volkswagen

Volkswagen up! et Polo Beats : on monte le son chez Volkswagen… La Volkswagen up! restylée et sa grande sœur Polo sont déclinées dans une finition Beats. Toutes deux disposent d’une installation audio de 300 W.

vw up vue av
vw up vue ar

Volkswagen profite du restylage de la citadine up! pour lancer une finition spécifique Beats. Elle est équipée d’un système audio réalisé par le spécialiste américain Beats Electronics, la firme créée par le rappeur Dr Dre, et revendue depuis à Apple. La berline polyvalente Volkswagen Polo est, elle aussi, déclinée de la sorte. Et pour bien faire passer le message aux visiteurs du salon de Genève 2016, des installations audio sous la forme de sièges boules ont été placées aux côtés des autos.

vw up vue int
vw up vue int ar

Le système est organisé autour d’un amplificateur à 8 canaux qui distille ses 300 W au travers de 7 haut-parleurs. Deux tweeters dans les montants avant, deux boomers dans les portes avant, deux haut-parleurs large bande à l’arrière et enfin, un caisson de basse à la place de la roue de secours. La source sonore pourra bien évidemment provenir de votre smartphone ou d’un objet connecté via l’interface CarPlay ou Android.

Volkswagen T-Cross Breeze, le petit SUV du grand changement chez VW… Ambiance particulière sur le stand, aucune tension n’est palpable, mais un renouveau s’impose pour que 2016 balaie « le Dieselgate ». Quoi de mieux qu’un SUV pour marquer une nouvelle offensive ? Portrait du concept T-Cross Breeze.

vw t cross lat
vw t cross ar

Le message de bienvenue s’affiche dans toutes les langues. Volkswagen est attendu au tournant au salon de Genève et prône l’ouverture. Le rendez-vous suisse  est le premier évènement automobile européen depuis le salon de Francfort durant lequel le scandale est survenu. Les dirigeants de la marque font amende honorable et évoquent un renouveau indispensable. Cela passe d’abord par une offensive produit.

La conférence de presse débute par l’arrivée immédiate de la up restylée dont six exemplaires « virevoltent » sur scène. Puis, très vite on passe au morceau de choix, le concept-car T-Cross Breeze. Sa silhouette de cabriolet annonce l’arrivée du printemps, dit-on chez Volkswagen, mais surtout amorce une grande offensive en matière de SUV. Si le nouveau Tiguan commercialisé en avril prochain sera l’élément central de la gamme loisirs de Volkswagen, la déclinaison de série du T-Cross Breeze en sera le modèle d’appel. Au-dessus du Tiguan viendra le « Mid Size SUV » sur les marchés nord-américain et chinois, tandis que la troisième génération du Touareg tiendra la place du haut de gamme en Europe. Puis viendra s’intercaler, entre le T-Cross Breeze et le Tiguan, un SUV sur base de Golf qui s’inspirera grandement du concept-car T-Roc dévoilé l’an dernier à Genève. La famille sera alors au complet !

Facile et intuitif sont les maîtres mots du Volkswagen T-Cross Breeze qui innove, à bord, avec l’emploi massif de technologies tactiles et gestuelles. Il ne subsiste sur la planche de bord que les boutons indispensables, à savoir le sélecteur de boîte de vitesses, les commandes de lève-vitre, de frein de parking imposées par la sécurité et l’ergonomie. Question style, il inaugure une calandre imposante et des antibrouillards carré. Et le pli caractéristique sur l’aile arrière devrait faire florès.

Le Volkswagen T-Cross Breeze est un prototype de salon certes, mais il est n’est guère éloigné de la réalité industrielle. Volkswagen proposera dans un avenir proche un SUV sur chaque segment de marché. Après ce rapide tour du propriétaire, les dirigeants de la marque en reviennent à leur discours martelé sans cesse, une sorte de mea culpa qui laisse rapidement place à l’assurance de pouvoir regagner rapidement la confiance des clients. D’ailleurs « Think new » pourrait remplacer le slogan « Das Auto »…

Volvo

Volvo V90 : le nouveau break Volvo en majesté… Vedette du stand Volvo au salon de Genève 2016, la V90 remplace la V70. C’est le premier grand break de la marque à adopter un hayon incliné, au profit de la fluidité de la ligne. En fait, voilà un bien beau break !

volvo 1
volvo 2

Le grand break routier est une spécialité maison chez Volvo. Sans remonter aux antiquités de la marque, il faut se souvenir des breaks 240, 740, 960, 850 puis de la V70. Place désormais à la V90 qui boucle au passage le renouvellement du haut de gamme Volvo après le SUV XC90 l’an passé et la berline S90 en début d’année.

Pour être en phase avec son statut de break haut de gamme, la Volvo V90 adopte un style cossu et élégant. L’élément le plus marquant est le hayon incliné, alors qu’il a toujours été droit sur les grands breaks Volvo.

La ligne gagne en fluidité et cela permet de dissimuler – un peu – une longueur qui s’étire de 15 cm par rapport à la V70 pour atteindre 4,96 m sur cette V90.

Avec une telle aisance dans ses mensurations, on pourrait penser que le coffre est aussi bonifié par rapport au V70 dont ce n’est pas le point fort. Hé bien on n’aura pas la réponse au salon de Genève ! Volvo garde le volume secret (jusqu’aux premiers essais de la V90 ?).

Quelques chiffres tout de même qui prédisent une charge confortable pour la V90 : longueur de coffre de 115 cm et largeur de 110 cm entre les passages de roues. Et nous avons mesurés 2,03 m jusqu’aux sièges avant avec banquette rabattue.

Volvo livre d’ailleurs un chiffre qui donne une première indication : 1 526 l de chargement maximum, quand la voiture est en deux places.

Basée sur la plateforme qui sert au XC90, la V90 en reprend les éléments mécaniques mais aussi des aménagements à bord comme le grand écran tactile et les nombreuses technologies. La présentation est surtout majestueuse avec une finition très bien exécutée et une ambiance feutrée.

Les passagers arrière, qui peuvent régler indépendamment leur température et leur siège chauffant, sont installés royalement. Surtout que la place aux jambes devient fort généreuse par rapport à la V70 : merci l’empattement de 2,90 m !

Les premières livraisons de la Volvo V90 devraient intervenir en septembre 2016. La gamme s’articule autour de trois finitions : Momentum, Inscription et Inscription Luxe. Trois moteurs diesels quatre cylindres avec le D3 de 150 ch, le D4 de 190 ch et le D5 AWD de 235 ch constitueront l’essentiel des ventes. En essence, les amateurs pourront compter sur le T5 de 254 ch et le T6 AWD de 320 ch.

Les prix de de la Volvo V90 s’échelonnent de 44 350 € à 74 470 €. La gamme V90 se complètera par la version T8 hydride-rechargeable, puis par la traditionnelle version baroudeuse qui reprendra l’appellation CrossCountry. La V90 CrossCountry avec garde au sol majorée et éléments distinctifs est attendue pour 2017.

Diaporama des plus beaux modèles présents au salon de Genève 2016

sources: www.largus.fr / www.caradisiac.fr