Lewis Hamilton (Mercedes) s’impose à Austin et devient champion du monde pour la troisième fois

Au terme d’une course très animée, Lewis Hamilton (Mercedes) s’est imposé à Austin et décroche son troisième titre de champion du monde, puisque Nico Rosberg (Mercedes) a fini 2e et Sebastian Vettel (Ferrari) 3e

La course : Hamilton le bienheureux

Si la logique de la saison a finalement été respectée, dimanche à Austin, Lewis Hamilton (Mercedes) est passé par de multiples émotions avant de pouvoir savourer sa victoire, qui lui offre un troisième titre mondial, le deuxième consécutif. L’Anglais a pris un excellent départ et, comme au Japon, c’est avec autorité qu’il a chipé la première place à Nico Rosberg (Mercedes) dans le premier virage. Mais au 15e tour, avec des pneus intermédiaires en difficulté sur une piste de plus en plus sèche, il a dû s’incliner face à Daniel Ricciardo (Red Bull). Trois tours plus tard, c’est même son coéquipier qui l’a dépassé, l’Anglais se retrouvant troisième. Il a alors décidé de rentrer aux stands pour arrêter les frais.

Au 22e tour, Rosberg a récupéré la première place en doublant Ricciardo, et Hamilton s’est retrouvé troisième après avoir dépassé Daniil Kvyat (Red Bull). Quelques minutes plus tard, l’Anglais a dépassé l’Australien et le duo Mercedes a été reconstitué. Lorsque la safety car virtuelleest alors à nouveau intervenue au 39e tour : Rosberg a fait le choix de rentrer aux stands, mais pas Hamilton, qui a tenté le pari d’aller au bout avec ses gommes. Un pari qu’il abandonne quatre tours plus tard après la sortie de piste de Kvyat. Rosberg récupère alors la première place, devant Hamilton, qui n’est plus le champion virtuel. Mais l’Allemand commet une nouvelle erreur, celle de trop, en sortant de la piste tout seul à 8 tours de l’arrivée. Quelques secondes perdues, qui suffisent à Hamilton pour reprendre la première place et filer vers un troisième titre mondial.

GP USA_2

Le vainqueur : Lewis Hamilton

Champion, pas champion, Lewis Hamilton est passé par les deux états durant ce sensationnel Grand Prix des Etats-Unis. Et l’Anglais, avec sa dixième victoire de la saison, a fini par s’offrir son troisième titre mondial, devenant l’égal d’Ayrton Senna, Nelson Piquet, Niki Lauda, Jackie Stewart et Jack Brabham. Hamilton compte également 43 succès, et celui acquis ce dimanche est un de ces plus beaux. Grâce à un excellent départ, il a réussi à prendre le meilleur sur son coéquipier, et sans s’affoler, en faisant preuve de sa maîtrise habituelle, il a gardé ses nerfs, même quand les éléments semblaient contre lui. Et il a été récompensé…

Le fait marquant : l’erreur de Rosberg

Mais qu’est-ce qui a bien pu passer, dans la tête de Nico Rosberg, pour qu’il perde sa concentration assez longtemps et commette une erreur, au 49e tour ? L’Allemand, qui filait vers la victoire après avoir bien récupéré de son départ manqué, où il avait perdu trois places, comptait quelques secondes d’avance sur Lewis Hamilton et semblait en maîtrise. Certes, l’Anglais avait des pneus plus récents et promettait d’aller le titiller en fin de course, mais c’est sans pression que Rosberg est parti à la faute.

Une mauvaise trajectoire dans un virage, quelques secondes perdues et Hamilton qui se voit offrir la victoire sur un plateau. Ce n’est certes pas ici que Rosberg a perdu le titre mondial, mais c’est certainement l’erreur de trop. A en voir sa mine déconfite sur le podium, il risque d’avoir du mal à l’oublier…

Source: www.lequipe.fr