8 essais et plus de 6 points inscrits, Toulon a été sans pitié (61-3)

Face à Oyonnax, Toulon n’a fait aucun détail ce samedi à Mayol. Les Varois ont passé huit essais à leurs adversaires au cours d’une rencontre à sens unique (61-3).

Toulon a pulvérisé Oyonnax cet après-midi à Mayol (61-3) et décroche logiquement le bonus offensif, fort de ses huit essais. Les Toulonnais ont dominé dans tous les compartiments du jeu et se sont fait plaisir, à l’image d’un facile Josua Tuisova. La défaite frustrante du RCT à Brive est rectifiée alors que pour l’USO, c’est un (lourd) revers de plus et une pression supplémentaire avant de recevoir Pau la semaine prochaine. Les Oyonnaxiens, déjà pointés du doigt notamment défensivement, n’ont pas su rivaliser.

Le RCT s’est lancé à la 10e minute

« On a été nul », lâchait Silvère Tian à nos confrères de Canal + dès la fin de la rencontre. Que dire de plus si ce n’est qu’au regard de la rencontre, l’analyse de l’ailier oyonnaxien est juste. Elle vaut pour les 70 « dernières » minutes de la rencontre car mis à part une entame réussie avec de l’engagement et des intentions offensives – qui auraient pu leur valoir un essai – les Oyomen se sont heurtés à un mur sur leurs rares ballons d’attaque.

Mathieu Bastareaud, qui faisait son retour sur la Rade après une Coupe du monde qui l’aura encore atteint psychologiquement, a eu le droit à la meilleure des thérapies pour reprendre confiance. C’est lui qui a lancé le festival d’un essai sur une prise d’intervalle ingénieuse (15e). Le trois-quarts centre a joué tout le match et s’est montré décisif sur presque tous les essais de son équipe, se montrant juste dans ses transmissions et ses percussions. Juan Smith (23e), Josua Tuisova (28e), Romain Taoffifenua (44e), Delon Armitage (55e), Maxime Mermoz (61e) et Sireli Bobo (74e et 79e) se sont donc délectés.

Le festival de Josua Tuisova

Mais le véritable « Monsieur Plus » du jour, c’est bel et bien l’ailier fidjien Josua Tuisova. Plaqueur fou, perforateur intenable et finisseur méthodique, il a tout fait dans ce match. Son compatriote Uwa Tawalo, dans l’équipe d’en face, se rappellera surement de ce plaquage subi à la 17e minute et qui a fait hurler d’une seule voix Mayol. Le RCT tient là une perle qui ne demande qu’à ce qu’on le laisse s’exprimer sur le terrain.

Avant de se déplacer à Grenoble, on constate que le retour de quelques internationaux a redonné un fond de jeu intéressant à Toulon, qui n’a pas fait qu’attaquer et qui s’est appuyé sur une conquête performante. La capacité à récupérer des ballons dans les rucks a écœuré une équipe d’Oyonnax la tête dans l’eau malgré le renfort de cinq mondialistes. La formation de l’Ain inquiète fortement car si sa défense a une fois de plus été mise à mal, on a ressenti par moment un manque d’envie et d’agressivité dans les duels. Face au triple champion d’Europe, tous ces errements ne pardonnent généralement pas…

Source: www.rugbyrama.fr