Lewis Hamilton (Mercedes) s’impose devant Rosberg et Vettel (Ferrari)

Quinze jours après la victoire surprise de Sebastian Vettel en Malaisie, Lewis Hamilton (Mercedes) a remis les points sur les « i » en s’imposant en Chine, dimanche. Le Britannique devance son coéquipier Nico Rosberg et Vettel (Ferrari). Souverain, le champion du monde conforte son leadership au Championnat du monde. Septième, Romain Grosjean (Lotus) marque ses premiers points de la saison.

Remettre les choses d’équerre, Lewis Hamilton sait faire. Dimanche, le Britannique a remporté le Grand Prix de Chine, sans sourciller. Deux semaines après avoir été battu à la régulière par Sebastian Vettel (Ferrari), le champion du monde a fait le job en montrant qu’il avait les crocs. D’entrée, avant même l’extinction des feux, le champion du monde s’est mis de travers sur la grille de départ. Museau tourné vers l’intérieur de la piste et pointé vers Nico Rosberg, Hamilton s’est élancé en coupant la route de l’Allemand, lui signalant, ainsi qu’à Vettel, qu’il ne laisserait pas filer un 2e succès cette saison, le 35e de sa carrière.

Auteur de sa troisième pole position en autant de grands prix cette saison,Lewis Hamilton a maîtrisé l’étape chinoise de A à Z et conforte son leadership au Championnat du monde. Nico Rosberg et Sebastien Vettel sont restés dans son sillage le temps qu’ils ont pu. Parti du sixième rang sur la grille, Kimi Raïkkonen (Ferrari) est un temps venu transformer le trio en quatuor. La résistance, toute relative, a duré une bonne dizaine de tours. Ce petit monde se tenait alors en approximativement quatre secondes.

LEWIS_HAMILTON_DEPART

Un sourire pour Grosjean

La première valse dans les stands, ouverte par Vettel, n’y a rien changé. La seconde, non plus. Hormis que les cadors ont échangé leurs pneus « tendre » pour des « medium » et que les écarts se sont progressivement creusés. Hamilton, auteur du meilleur tour en course (1’42 »788), a tenu Rosberg en respect. Vettel, lui, a fini par baisser de pied et dû terminer la course avec l’œil dans le rétro, en raison de l’empressement d’Ice Man, bien décidé à tenter un dernier baroud d’honneur. La voiture de sécurité, qui est entrée en piste à deux tours de l’arrivée suite à l’abandon de Max Verstappen (Toro Rosso), a figé les positions.

Romain Grosjean (Lotus) est l’autre heureux du week-end. Septième du Grand Prix de Chine, le Français termine derrière les Williams de Felipe Massa (5e) et Valtteri Bottas (6e) et s’offre ses six premiers points de la saison. Les premiers également depuis… Monaco la saison dernière. Du côte de McLaren, c’est toujours la soupe à la grimace. Fernando Alonso et Jenson Button ont vécu un week-end cauchemardesque. Les deux anciens champions du monde terminent respectivement 12e et 13e. Loin. Très loin derrière le patron.

Source: www.eurosport.fr