Le segment des petits SUV va connaître dans les mois à venir une augmentation importante du nombre de modèles existants. Opel devance la vague avec son Mokka qui est loin d’être sans saveur.

Le marché des SUV est actuellement en pleine explosion. Opel est déjà présent sur le segment avec l’Antara , mais celui-ci commence à vieillir et fait partie des grands SUV. Afin de séduire une nouvelle clientèle, le constructeur arrive aujourd’hui sur celui des petits SUV,où l’on trouve notamment le Nissan Juke et prochainement les Peugeot 2008 et Renault Captur .

Avoir un look semble être la condition sine qua non pour réussir à s’imposer sur ce segment et le Nissan Juke en est un bel exemple. Le Mokka reprend cette recette avec un style affirmé et particulièrement musclé qui lui sied à merveille. Comme c’est déjà le cas avec le Meriva , Opel nous dévoile une nouvelle fois  aujourd’hui un produit entre deux catégories. Ainsi, le Mokka, avec une longueur de 4,28 m, se positionne entre le Nissan Juke qui mesure 4,13 m (l’un des plus petits SUV) et un Volkswagen Tiguan à 4,42 m, des mensurations très courantes dans la catégorie.

S0-Essai-video-Opel-Mokka-bonne-degustation-275973

S0-Essai-video-Opel-Mokka-bonne-degustation-275969

Opel Mokka

Moins de fantaisie dans l’habitacle où l’on retrouve une planche de bord au style classique mais au dessin agréable à l’œil. La qualité des matériaux est satisfaisante avec du plastique moussé sur la partie supérieure mais le bas est encore dominé par les plastiques durs. Les rangements sont nombreux.

L’habitabilité arrière est dans la bonne moyenne tandis que le coffre dispose d’un volume de chargement important oscillant entre 356 et 1 372 litres, ce qui est largement plus que celui du Juke avec 251/830 l mais moins qu’un Skoda Yeti qui propose une capacité de chargement variant entre 405 et 1 760 litres.

S0-Essai-video-Opel-Mokka-bonne-degustation-275968

Sur la route : un comportement étonnant

Le Mokka sera animé par 3 moteurs : 2 essence, les 1.6 115 ch (uniquement en deux roues motrices) et 1.4 Turbo 140 ch (en 4 roues motrices) et un diesel, le 1.7 CDTi 130 ch disponible en boîte mécanique et automatique (2 et 4 roues motrices). Notre essai s’est donc concentré sur la version de volume, à savoir le 1.7 CDTi 130 ch en boîte mécanique et deux roues motrices qui devrait représenter 55 % des ventes.

Opel-Mokka-1__4__redimensionner

Moteur bien connu chez Opel puisque le 1.7 CDTi est installé sur de nombreux modèles de la marque, celui-ci s’est très vite rappelé à notre bon souvenir ou plutôt à notre mauvais souvenir. En effet, dès la mise en route, on ne peut que remarquer la sonorité omniprésente et entêtante, que ce soit au démarrage ou lors des accélérations. Les seules périodes de « calme » correspondent aux phases de circulation à vitesse stabilisée. Pour être honnête, il y avait très longtemps que l’on n’avait pas eu affaire à un moteur aussi bruyant.

Son couple de 300 Nm disponible entre une plage comprise entre 2 000 et 2 500 tr/min est conséquent, mais il semble souffrir d’un étagement trop long de la boîte de vitesses qui handicape les reprises et les accélérations. Nous avons dû parfois même tomber un rapport pour effectuer des dépassements, ce qui s’avère étonnant vu la valeur de couple.

Rien à redire, en revanche, concernant les performances. Ainsi, sur autoroute allemande, nous avons pu nous rendre compte que la Vmax annoncée de 193 km/h était tout à fait réaliste. Le gros point fort de cette motorisation demeure, selon nous, sa sobriété car sur notre essai, nous avons enregistré une moyenne de seulement 5,8 l/100 km, ce qui est plus que convenable.

Toutefois, le principal atout de ce Mokka réside dans son comportement. Si la majorité des SUV nous ont habitués à des mouvements de caisse en raison de la garde au sol plus élevée qu’à l’accoutumée, le Mokka arrive à ne pas tomber dans ce travers. Sur le peu que nous avons pu tester, ce dernier, qui hérite d’une nouvelle plate-forme avec notamment un essieu arrière inédit, a su éviter cet écueil avec un très bon maintien de caisse sans que cela ne pénalise le confort et ce, malgré la présence de série de jantes 18 pouces.

Sur routes très abîmées, l’amortissement peut être un peu ferme mais globalement, le compromis confort/comportement est convaincant. La précision de la direction électrique est dans la bonne moyenne de la catégorie même si on aurait aimé un peu plus de consistance en virage. Malgré les routes mouillées, notre modèle d’essai n’a jamais été pris en défaut en termes de motricité. Toutefois, comme nous avons pu le constater lors d’un roulage sur une plage allemande, cette version 2 roues motrices suffit largement à s’amuser.

Les plus exigeants se tourneront pour leur part vers la déclinaison 4 roues motrices qui bénéficie d’un dispositif qui répartit le couple sur l’essieu suivant les besoins. Cela peut donc aller de 100 % sur le train avant à une répartition égale entre les deux (50/50) dans des conditions plus extrêmes. Transparent pour l’utilisateur, ce dispositif pèse 65 kg.

Avec un poids compris suivant les versions entre 1 335 et 1 490 kg, nous vous conseillons vivement d’opter pour la motorisation la plus puissante, que ce soit en essence ou en diesel. Le 1.6 115 nous semble léger et on comprend mieux pourquoi Opel a préféré faire l’impasse sur la déclinaison 110 ch du 1.7 CDTi qui existe déjà sur d’autres modèles.

Équipement : une dotation particulièrement riche

S0-Essai-video-Opel-Mokka-bonne-degustation-275958

Pour ce nouveau modèle, Opel a choisi d’élaborer une gamme relativement simple composée de seulement 3 finitions.
Dès l’entrée de gamme, la dotation est complète avec l’aide au démarrage en cote, 6 airbags, les antibrouillards avant, le régulateur-limiteur de vitesse, la climatisation manuelle, les 4 vitres électriques, la sellerie tissu, les jantes 18 pouces, les rétroviseurs extérieurs électriques ainsi que la radio 4×20 w 6 HP.
Le second niveau est équipé en supplément de l’aide au stationnement AV et AR,  de la climatisation automatique bi-zone, de la sellerie mixte cuir/tissu et du pack visibilité comprenant le capteur de pluie et l’allumage automatique des phares.
Enfin, le haut de gamme Cosmo Pack comporte pour sa part la caméra de recul, la sellerie cuir, les sièges avant et le volant chauffants ainsi que le système de navigation avec écran 7 pouces. Parmi les options intéressantes et inédites sur le segment, on peut citer notamment le système de porte-vélos intégré FlexFix (600 €), les projecteurs adaptatifs directionnels bi-xénon (1 000 €) ou l’Opel Eye qui regroupe la reconnaissance des panneaux de signalisation, l’avertisseur de changement de voie intempestif et l’avertisseur de collision (400 €),

Bilan : pas de risque d’indigestion

S0-opel-mokka-bonne-degustation-275979-100697

Pour son arrivée, le Mokka frappe fort et risque bien de mettre à mal le Nissan Juke . Avec son style affirmé, son équipement complet et son comportement réussi, le Mokka vous laisse un très bon arrière-goût en bouche. Des ingrédients qui devraient permettre à Opel d’attirer de nouveaux clients. À déguster donc sans trop de modération.

Source: www.caradisiac.fr