Grenoble – RCT (24-35)

Avec une équipe remaniée par rapport au quart de finale de Champions Cup, les Toulonnais ont prouvé qu’ils avaient des ressources en s’imposant à Grenoble (24-35).

Comme le Toulouse de la grande époque, Toulon perd rarement deux fois d’affilée et l’a fait savoir aux dépens de Grenoble. Deux semaines après avoir chuté à Marseille contre le Stade toulousain (24-34), le champion de France et double champion d’Europe en titre a réagi avec autorité avec cette première victoire au Stade des Alpes depuis la remontée du FCG parmi l’élite (24-35). Dominateur et impressionnant de maîtrise, le RCT a pris le large après la pause malgré les quatre essais grenoblois dans ce match (3e, 29e, 46e, 77e). Avec le faux-pas de Clermont à domicile et les nuls du Racing et du Stade français, l’affaire est tout simplement excellente pour les hommes de Bernard Laporte, nouveaux leaders du Top 14.

La meilleure attaque du championnat (574 points) face à la pire défense (581 points encaissés) : les chiffres promettaient déjà du spectacle avant la rencontre et n’ont pas été démentis. C’est pourtant l’équipe qui a marqué le moins d’essais qui emporte la mise, mais il n’y a absolument rien à redire sur la victoire toulonnaise. Plus fort en mêlée, plus serein et parfait dans sa gestion de la rencontre, le champion de France a frappé fort dans ce sprint final. Le FCG a tenu la comparaison une mi-temps, offrant quarante premières minutes de très haut niveau, avant de lâcher prise. Seule ombre au tableau varois, l’aspect défensif, avec quatre essais encaissés, dans l’ordre par Grice,Hunt, Willison et Buckle.

Toulon inflige un 9-0 à quatorze

Accusant un retard de neuf points à la pause (14-23) à cause d’un essai juste avant la sirène d’Habana (40e), Grenoble a pourtant cru voir le vent tourner en sa faveur. Un essai puis un carton jaune pour Suta (50e) qui devait lui permettre de refaire son retard. Ce fut tout l’inverse. En parfait stratège, le RCT a géré au mieux son infériorité numérique et piqué par trois fois grâce à l’adresse et la puissance au pied de Michalak (52e), puis D.Armitage (54e, 57e), auteur d’une pénalité de 57 mètres catastrophique pour le moral des Isérois. Soit un 9-0 infligé à son adversaire à quatorze : tout simplement impressionnant.

Coincé entre deux matchs à élimination directe de Champions Cup, ce déplacement au pied des Alpes avait tout de périlleux pour des Toulonnais soucieux de bien préparer leur demi-finale européenne contre le Leinster. Ils en ressortent rassurés et sûrs de leur force, eux qui prennent les commandes du championnat et s’assurent quasiment la qualification pour les phases finales. Des playoffs que les partenaires de Jonathan Wisniewski, en échec au pied ce samedi, risquent de regarder une nouvelle fois devant leur écran de télévision. Comme un mauvais goût de la saison dernière.

Source: www.rugbyrama.fr