victoire de Hamilton devant Rosberg (Mercedes) et Vettel (Ferrari)

Lewis Hamilton (Mercedes) a dominé la première course de la saison, dimanche à Melbourne, sans jamais être menacé par son coéquipier,Nico RosbergSebastian Vettel a complété le podium pour sa première sortie avec Ferrari. Kimi Räikkönen a abandonné à cause d’un écrou de roue mal serré…

Lewis Hamilton (Mercedes) avait remporté six des sept dernières courses de 2014, et il est manifestement reparti sur le même rythme cette saison. Dimanche à Melbourne, le Britannique a empoché le Grand Prix d’Australie sans jamais frémir. De sa pole position, il a patronné la première manche du Mondial en ne cédant la direction des opérations qu’à l’occasion de son pit stop au 27e des 58 tours. En bon gestionnaire, il a entretenu une avance de deux secondes, et à chaque fois que son coéquipier Nico Rosberg, qualifié deuxième, a montré les crocs, il a répondu avec un tour chrono qui en disait long sur son confort matériel.

« Eh, vous vous rendez compte, c’est Arnold Schwarzenegger ! », a lancé un Lewis Hamilton jovial sur le podium, avant de livrer ses impressions à l’acteur star. « C’est fantastique de continuer sur l’élan de l’année dernière », a-t-il dit avant de s’exclamer, amusé : « Je vous imaginais plus grand ! » Content d’être l’invité exceptionnel de ce cérémonial, l’ex-« Mister Univers » alias Terminator lui a confié son impatience de le voir la prochaine course, et lâché : « I’ll be back ! » Avant de reprendre la célèbre réplique en compagnie d’un Hamilton pris d’une euphorie qui en disait décidemment long sur sa confiance pour la suite.

Roue mal serrée et abandon pour Räikkönen…

Nico Rosberg cachant sa déception, Sebastian Vettel, troisième, a fait part de son« immense honneur » de pilote Ferrari. Dans son tour de rentrée, il avait lancé un« Forza Ferrari ! » avec encore un fort accent allemand. Le début d’une entreprise de communication façon Fernando Alonso… Qualifié quatrième, le quadruple champion du monde, ex-Red Bull, a saisi le bon moment pour ranger Felipe Massa(Williams) derrière lui, par le jeu des arrêts au stand.

F1 AUSTRALIE_FELIPPE MASSA

Ce podium va faire baisser la pression chez Ferrari après une refonte agressive de l’organigramme cet hiver, mais cette course a montré que tout n’était pas parfait. Car si l’Allemand n’a pas pâti d’un léger contre-temps au stand, Kimi Räikkönen a dû garer sa SF15-T avec une roue mal serrée après un passage parmi ses mécaniciens. Un couac qui pourrait valoir au Finlandais une pénalité sur la grille de départ en Malaisie, le 29 mars.

Enfin, il faut souligner la belle cinquième place du débutant brésilien Felipe Nasr pour Sauber, devant le local Daniel Ricciardo (Red Bull), et l’épidémie d’abandons qui a touché le peloton. Avant le départ avec les forfaits de Valtteri Bottas (Williams), blessé, Daniil Kvyat (Red Bull) et Kevin Magnussen (McLaren), victimes de leurs mécaniques. Puis rapidement au départ, avec l’accident de Pastor Maldonado (Lotus) et la panne irrémédiable de son coéquipier, Romain Grosjean. Ça c’est heureusement calmé ensuite. Jenson Button (McLaren) a même fini.

Source: www.eurosport.fr