Quand Loeb patine

Sébastien Loeb a couru ce week-end à Val Thorens ses deux premières courses sur glace en circuit. Il est resté loin du roi de la spécialité, le Français Jean-Philippe Dayraut.

«Je suis venu surtout pour m’amuser, expliquait Sébastien Loeb samedi soir après avoir fini huitième. Mais on s’amuse d’autant plus qu’on est dans le coup. » Le nonuple champion du monde de rallye a-t-il été dans le coup pour cette première étape du 25e Trophée Andros ? La réponse est non et elle vient de l’intéressé : «Je ne suis pas très content de moi. J’ai fait des conneries. J’ai roulé trop en pilotage rallye et ça, ça ne paie pas.» Il a avoué qu’il s’emmêlait les crayons : «En rallye, je fais accélération pied droit, frein pied gauche. Ici, il faut souvent prendre l’embrayage en milieu de virage quand on bloque les roues. Et donc avec mon style pied gauche, ça marche pas bien. Il faut que je change, mais, ça va pas être évident. » Ca ne l’a pas été.

Seulement neuvième en qualification dimanche, il n’a pas pu courir la grande finale et a fini neuvième de cette deuxième course du week-end, loin derrière Jean-Philippe Dayraut, deuxième le dimanche, mais vainqueur global de ce week-end après sa victoire de la veille. Le tenant du titre n’avait pu que constater les difficultés du prestigieux néophyte : «Pied droit, pied gauche, c’est quand même comme en rallye, analysait-il. En fait, le plus dur quand on commence la course sur glace en circuit, c’est de savoir gérer ses pneus. Ça, il ne maîtrise pas du tout pour l’instant. Aujourd’hui, il fallait changer son style de pilotage à chaque portion du circuit. Il y avait trois styles de pilotage, des virages où il fallait être agressif, d’autres où il fallait être cool et d’autres où il fallait doser. On perd certes dans le premier tour, mais on gagne sur la fin. Quand je l’ai vu rouler, j’ai bien vu qu’il n’avait qu’un seul style de pilotage. »Des lacunes qui n’enlèvent rien à son admiration pour son réputé compatriote : «Je ne m’amuserais pas à aller le défier en rallye, car je prendrais une grosse taule. Le Trophée Andros, c’est vraiment un truc de spécialistes. Ce qu’il fait, est déjà exceptionnel. Dans le passé, il y a quelques pilotes de rallye qui s’y sont essayés et ils ont été beaucoup plus largués que lui. Les pilotes de F1 sont aussi en difficulté. Alain Prost a mis du temps avant de gagner des courses. Le rallye et le Trophée Andros, c’est un peu comme le foot et le rugby, il y a un ballon dans les deux cas, mais c’est pas pareil.»

Finale Elite

Somptueuse Super Finale – Franck Lagorce (Dacia) et Jean-Philipe Dayraut (Mazda) se sont livrés un mano à mano d’anthologie, se doublant et se redoublant deux fois dans le dernier tour… Francky a fini par avoir le dernier mot. Au point de reléguer au second plan les performances d’Olivier Panis (3ème) et Jean-Baptiste Dubourg (4ème). Ca c’est l’effet du nouveau règlement; dorénavant les meilleurs pilotes sont bien obligés d’en découdre dans la même finale.

Grande première pour Mazda

La Team Mazda France, constructeur officiel du Trophée Andros, remporte sa première victoire pour le lancement du Trophée Andros à Val Thorens. En s’imposant lors de la première course, JP Dayraut (Team Mazda France) égale ainsi le record d’Yvan Muller avec 48 victoires à son tableau.

A noter la très belle performance du jeune et prometteur Toppi Heikkinen (vice champion du monde des Rallycross) qui participe à son premier Trophée Andros et finit 3ème de la Super Finale.

Finale Elite 2

TA-valtho-2015-107

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que le jeune Vasily Gryazin fasse parler le chrono. A tout juste 21 ans, le jeune russe n’a eu besoin que de deux manches qualificatives pour être dans le bon tempo et s’imposer dès sa toute première apparition à Val Thorens. Vainqueur de la Qualif 2, vainqueur de sa finale, le rookie a déjà tout compris

Débuts remarqués pour l’équipe WRT

TA-valtho-2015-110

Alors qu’elle évolue habituellement en Blancpain, l’équipe belge WRT a décidé d’élargir son terrain de jeu et de se lancer dans l’aventure du Trophée Andros. Et pour le moment, tout s’annonce bien puisqu’en plus d’aligner une voiture esthétiquement très réussie, les performances sont déjà là : P1 avec Lionel Daziano (Elite2) et P2 avec Olivier Panis (Elite). Autant dire qu’on a le sourire chez WRT

 Trophée Andros Electrique

ERDF ANDROS ELECTRIQUE

Adrien Tambay, leader de l’ERDF Trophée Andros Electrique – Adrien Tambay (The Sun) s’est s’imposé sur cette première manche en remportant notamment les deux finales du week-end. Lors de la première course, il a su faire la différence face à l’ancien pilote de F1 Franck Lagorce (Andros) et le triple tenant du titre Christophe Ferrier (Nice Métropole Côte d’Azur), prenant par la même occasion le bonus du record du tour.

Lors de l’ultime finale, Adrien Tambay (The Sun) a démontré une maitrise parfaite en repoussant ses adversaires les plus dangereux : Franck Lagorce (Andros), Louis Gervoson (ALD Automotive) et Nathanaël Berthon (Biovitis) de plusieurs secondes.

Au classement général, on retrouve Adrien Tambay (The Sun) en première position suivit par Franck Lagorce (Andros) et Louis Gervoson (ALD Automotive).

Trophée Andros Féminin

TROPHEE ANDROS FEMININ

Belle entrée en matière pour le Trophée Andros Féminin. –  Elles sont onze à avoir osé relever le défi du Trophée Andros Féminin. Et même si seule Mathilde Riehl a déjà une petite expérience de la glace (elle a participé au Trophée Andros Electrique la saison dernière), toutes ont fait preuve d’une efficacité étonnante et ont réalisé d’excellents chronos dès leurs premiers tours de roues. Une belle entrée en matière qui a laissé place à de belles bagarres sur la piste malgré la complicité qui les unit côté paddock. A l’issue de la première manche de Val Thorens, c’est Marine Mercier qui a pris les commandes.

Source: www.tropheeandros.com