Oyonnax-RCT (18-21) – Toulon imite Clermont en s’imposant à Oyonnax

Brouillon mais réaliste sur ses temps forts, Toulon réussit une belle affaire en s’imposant sur la pelouse d’Oyonnax (21-18) et pourra aller à Toulouse sans pression. Bonus défensif pour Oyonnax qui encaisse une troisième défaite de rang, la seconde à domicile après celle contre Clermont.

Toulon n’a pas tiré le feu d’artifices auquel il nous avait habitué ces deux dernières semaines, mais gagne quand même (18-21). Le RCT enchaîne un troisième succès d’affilée en Top 14, certainement le plus compliqué. Dominés en mêlée tout le match par Oyonnax, les Varois n’ont dû leur salut qu’à un carton jaune de Fa’asavalu à un peu moins de vingt minutes de la fin du match pour un plaquage à l’épaule sur Giteau (62e). Mitchell a ensuite libéré les siens (71e), alors que Juan Smith avait également inscrit un essai avant la pause (36e). Une victoire courte mais importante, puisqu’elle permet au RCT de repasser provisoirement en tête du Top 14, avant le match de Clermont demain à Bordeaux-Bègles.

Matt Giteau n’avait pas la grippe. James O’Connor n’a pas raté le bus toulonnais et aucune chute de neige n’a été signalée dans la région Rhône-Alpes ce vendredi. Pourtant, Oyonnax a fait mieux que résister face au RCT. Se sachant moins armée que son adversaire, l’USO a su réduire au minimum le jeu varois et prendre son adversaire là où elle le pouvait: en conquête et particulièrement en mêlée. Battus plusieurs fois dans ce secteur, les partenaires de Guilhem Guirado et Xavier Chiocci, certainement émoussés par le stage de début de semaine à Marcoussis, ont longtemps cru que le match allait leur échapper, eux qui donnaient des munitions converties en points par Benjamin Urdapilleta (3e, 23e, 41e, 54e, 66e).

Fa’asavalu condamne ses partenaires

À l’image de son équipe, l’ouvreur argentin, qui a lâché des points au pied dans le premier acte, a peu à peu pris confiance en lui. On pensait même qu’il allait mettre ses coéquipiers sur les rails de l’exploit en passant en drop de 40 mètres, portant la marque à 15-11 (61e). Mais Maurie Fa’asavalu est venu tout gâcher quelques secondes plus tard. Un plaquage à l’épaule aussi stupide que dangereux sur Matt Giteau lui valait un carton jaune logique. Il n’en fallait pas plus pour remettre ce RCT poussif sur la voie du succès. Mais que ce fut dur !

Contre Clermont, Oyonnax était parvenu à faire déjouer son adversaire pendant une heure avant de craquer. Ce vendredi, Toulon a eu du mal à jouer de bout en bout. Heureusement pour lui, le club varois peut compter dans ses rang un joueur de génie du nom de Matt Giteau. Auteur de deux passes décisives dont une au pied, l’Australien a une fois de plus montré qu’on pouvait compter sur lui lorsque son équipe est en panne d’inspiration. Le champion de France lui devra énormément s’il garde, en plus de la confiance, les commandes du Top 14 à l’issue de cette huitième journée.

Top 14: Toulon, cette machine à essais

8EME_JOURNEE_TOP14_DELON_ARMITAGE

Depuis le début de saison, Toulon assure le spectacle avec un jeu attractif. Les arrières sont notamment à la fête avec treize essais inscrits lors des deux derniers matchs. Mais cette réussite tient également au travail des avants.

A Toulon, les arrières sont à la fête. Lors de ses deux derniers matchs le RCT a inscrit treize essais. Tous par des trois-quarts. Ce qui fait des Varois la meilleure attaque du championnat avec un total de vingt-sept essais en sept match (soit une moyenne de 3,8 par rencontre). Et le danger vient de partout. Difficile pour les défenses adverses d’anticiper ou contrôler un joueur puisque James O’ConnorDavid Smith et Delon Armitage ont déjà aplati quatre ballons derrière la ligne alors que Rudi Wulf et Drew Mitchell y sont parvenus à trois reprises.

Une qualité de jeu et un spectacle qui entraînent les éloges des adversaires. Samedi, après la lourde défaite des siens (40-17), Fabien Galthié a tenu à saluer le jeu proposé par les Toulonnais: « Ils jouent vraiment bien, je me régale à les voir. Il savent prendre les espaces, changer de rythme, sur ce match leurs trois-quarts ont été meilleurs que les nôtres dans tous les domaines… ». Des compliments qui ont de quoi donner le sourire au manager du RCT: « C’est toujours agréable quand on parle en bien de nous. Sur certains matchs je me régale également, d’autres moins. On doit tendre vers ce que l’on a fait à Brive ou contre Montpellier« , assuraitBernard Laporte, ce mardi à Berg. Et de préciser: « quand on cherche à se faire plaisir, à garder le ballon et à contre attaquer sans arrêt on s’aperçoit que l’on a les joueurs pour ce jeu-là ».

Des avants dynamiques qui se régalent eux aussi

Les joueurs, justement, appliquent à la lettre les consignes de leur staff et s’éclatent sur la pelouse. À l’instar de Maxime Mermoz« On se sent bien. On marque sur des premières mains. On n’a pas envie de s’emmerder en faisant des touches ou des mêlées tout le match. On a les qualités pour jouer et avoir ballons rapides, c’est ce que l’on cherche », expliquait le centre international après la victoire face à Montpellier samedi. Mais la réussite toulonnaise ne peut s’expliquer sans évoquer l’apport des avants. Dans l’ombre de leurs arrières, les gros font un énorme travail de sape. « Nos avants se régalent dans ce jeu-là. Ils sont dynamiques. Quand on regarde les stats de joueurs comme Menini ou Guirado, ça avoisine celles de Carl (Hayman) et pourtant les siennes sont monstrueuses » poursuivait l’ancien toulousain.

Si Toulon impressionne sur certaines rencontres, il faut reproduire cela sur l’ensemble de la saison. Car lorsque la machine est enrayée, comme contre l’UBB et le Stade français à Mayol, le RCT se met en danger, surtout quand les buteurs sont défaillants. Reste donc à trouver la régularité. Mais avec les retours ou arrivées prochaines d’HabanaHalfpenny,Sanchez et Hernandez, les futurs adversaires des Varois n’ont pas fini d’avoir des maux de tête.

8EME_JOURNEE_TOP14_CARL_HAYMANSource: www.rugbyrama.fr