RCT-MHR (40-17) – Le choc, Toulon l’a survolé

Face à un concurrent direct au titre, Montpellier, le RCT a envoyé un message fort en s’imposant avec le bonus offensif (40-17). Impressionnant.

Impérial à domicile, Toulon a de nouveau imposé sa loi dans son antre de Mayol. Si l’on annonçait un vrai choc, logique à la vue du classement, le RCT n’a fait qu’une bouchée de Montpellier, troisième du championnat. Ce fut plus long à se dessiner, la faute à une équipe du MHR ultra réaliste en première période, mais le résultat est sans appel. Beaucoup plus conquérante et plus puissante que son adversaire, l’équipe du RCT s’est régalée en seconde période avec un bonus offensif à la clé (40-17).

L’histoire se répète pour Montpellier. Déjà balayé l’an dernier (43-10), le XV de Fabien Galthié a de nouveau sombré. Après l’essai rapide de David Smith (7-0, 12e), on craignait même qu’il n’y ait pas match en ce début de samedi d’après-midi. Finalement, la défense toulonnaise, combinée au réalisme offensif montpelliérain, permettait aux héraultais de rester au contact à la pause. Lucas Dupont, auteur d’un superbe essai après un exploit personnel, ramenait les siens sur la sirène (17-14, 40e).

Vingt-trois points en un quart d’heure

Un essai peut-être synonyme de tournant du match puisqu’il a dû passablement énerverBernard Laporte et ses hommes. Revenus très forts, mettant beaucoup de vitesse, les Toulonnais impressionnaient. Giteau convertissait enfin l’énorme domination des siens après une belle percée d’Armitage plein axe (22-14, 49e). L’intensité mise par les Varois obligeait le MHR à subir et commettre de plus en plus de fautes. A l’heure de jeu, le score passait même à 35-17, après un festival de James O’Connor (deux pénalités et un essai). Pas forcément en réussite au pied, l’ailier australien s’est néanmoins offert un doublé (33e et 60e) et activement participé à la fête.

Têtes baissées, les Montpelliérains demeuraient impuissants. Toulon voulait aller chercher le bonus offensif et personne ne pouvait les arrêter. C’était rapidement chose faite grâce au cinquième essai inscrit par Delon Armitage (40-17, 64e). Vingt-trois points marqués en à peine un quart d’heure. Le Rugby Club Toulonnais était tout simplement au-dessus et a déroulé quand il l’a décidé. Si Montpellier était venu pour accrocher quelque chose, il aurait pu empêcher son bourreau de prendre le bonus si Fall n’avait pas lâché le ballon dans l’en-but (75ème). Symbole de la détresse du MHR dans cette rencontre et de la rafale subie par le nouveau leader provisoire du Top 14.

Toulon-Montpellier (40-17), l’antisèche – Quand Toulon évolue à ce niveau, il est sans rival

7EME_JOURNEE_TOP14_TAOFIFENUA_SMITH

Cinq essais, une animation offensive de grande qualité et un rythme effréné… Le RCT a fait très forte impression face à Montpellier (40-17). L’antisèche.

Le jeu: Merci pour le spectacle messieurs

Présentée comme le choc de la 7e journée et surtout comme une affiche alléchante entre deux formations tournées vers l’avant, cette rencontre n’a pas déçu. Bien au contraire même. S’il fallait faire la promotion du Top 14, nul doute que les dirigeants du rugby français auraient pu prendre ce match en exemple. Varois comme Héraultais n’ont eu de cesse de relancer à la main et de lancer des offensives. Alors, certes, des fois, il y a eu des fautes de mains de la part des deux équipes. Mais cela paraît logique. Les Toulonnais ont passé cinq essais et auraient pu en rajouter d’autres. Même chose pour les Montpelliérains qui avaient laissé au repos certains cadres et qui n’ont jamais fermé le match, malgré l’ampleur du score. Bref, ce fut à la hauteur des promesses de choc. Et pour cela, nous vous en remercions messieurs.

Les joueurs: O’Connor, Armitage, Giteau and co…

Si on ne peut pas passer sous silence son déchet face aux poteaux, difficile de ne pas saluer la belle performance de l’ailier James O’Connor, insaisissable et auteur d’un doublé. Son compère de l’arrière, Delon Armitage, a également donné le tournis à la défense duMHR. A l’ouverture, Matt Giteau a une nouvelle fois été royal. Saluons les performances deJocelino Suta et Virgile Bruni. Après deux mêlées compliquées, Carl Hayman a marqué son vis-à-vis par la suite. Pour sa première avec ToulonMamuka Gorgodze n’a pas été trop à son aise. Beaucoup trop nerveux et pas à son niveau habituel.

A Montpellier, on relèvera la bonne prestation du troisième ligne Kelian Galletier, assez percutant. L’ailier Lucas Dupont a également tenté à de nombreuses reprises de faire basculer la rencontre. Tous ses efforts n’ont pas forcément été récompensés mais il s’est offert un sublime essai. Belle entrée en jeu de René Ranger. Pour l’ouvreur Enzo Selponi, par contre, les choses ont été beaucoup plus compliquées. Pas mal de mauvais choix et une tentative de drop assez curieuse alors que les siens faisaient le siège devant l’en-but du RCT. Et qu’un drop n’aurait rien apporté au MHR vu l’écart au tableau de marque. Rentré à la place de Watremez, le pilier Nahuel Lobo a souffert en mêlée fermée.

Le tournant qui n’a pas eu lieu: la bourde de Fall

Toulon a maîtrisé son match, on ne peut pas dire le contraire. Et a aussi bénéficié d’un petit coup du destin en fin de partie pour sauver le bonus défensif. En supériorité numérique, le MHR avançait dans les 22m varois après notamment une charge de TulouPaillauguejouait alors dans le fermé pour Fall qui échappait au dernier défenseur pour aplatir. Sauf que l’ailier héraultais ne se baissait pas assez pour marquer et lâcher le ballon de manière incompréhensible…