Spa : Victoire de Ricciardo (Red Bull), rififi entre Rosberg et Hamilton (Mercedes)

Daniel Ricciardo (Red Bull) a remporté une belle victoire, dimanche à Spa, profitant de l’accrochage entre Nico Rosberg (Mercedes), deuxième, et Lewis Hamilton (Mercedes), qui a finalement abandonné. Valtteri Bottas (Williams) a complété le podium.

Daniel Ricciardo (Red Bull) a inscrit le Grand Prix de Belgique à son palmarès, dimanche. L’Australien, qui conforte ainsi son statut de numéro trois mondial, a profité de l’accrochage entre les Mercerdes au deuxième des 44 tours – qui a laissé Lewis Hamilton avec une crevaison et un diffuseur endommagé, et Nico Rosberg (Mercedes) avec un aileron cassé – mais il a mené une course superbe, surtout si l’on considère que son coéquipier Sebastian Vettel a fini cinquième suite à plusieurs erreurs.

Tombé cinquième au classement, Nico Rosberg, a perdu huit secondes supplémentaires au stand pour recevoir un aileron avant neuf mais a ensuite entamé une remontée qui l’a conduit jusqu’à la deuxième place, et aux huées du public sur le podium. Valtteri Bottas (Williams) a encore été le meilleur Finlandais et a eu raison dans le final de son compatriote Kimi Räikkönen (Ferrari) pour la troisième place.

Sebastian Vettel (Red Bull) cinquième, Kevin Magnussen (McLaren), sixième, était sous le coup d’une enquête de la part des commissaires de la FIA à l’arrivée pour des manoeuvres défensives incorrectes sur Fernando Alonso (Ferrari). Jenson Button (McLaren) a profité de leur passe d’arme pour se glisser au septième rang.

Au Championnat du monde Pilotes, cette douzième manche de la saison a peut-être marqué un tournant : Nico Rosberg dispose désormais de 29 points d’avance sur Lewis Hamilton.

Faute de Rosberg, accusation de Hamilton, colère de Mercedes : récit d’un dimanche auto-destructeur

FAUTE DE ROSBERG

Le film d’une journée où la rivalité entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton a atteint le point de non retour. Un dimanche qui va faire date, et que Mercedes va devoir traîner comme un boulet jusqu’à la fin de la saison.
  • 14h03. Rosberg, en pole position, manque son départ. Hamilton vire en tête. Derrière, Rosberg perd aussi la 2e place place mais redouble vite Vettel pour se mettre en chasse de son coéquipier.
  • 14h07. 2e tour. Rosberg attaque dans Kemmel, Hamilton résiste, l’Allemand culmine à la mi-hauteur du leader de la course et insiste au freinage, puis dans le virage à droite, aux Combes. Il freine trop tard et provoque le contact entre l’aileron avant de sa W05 n°6 et le pneu arrière gauche de la n°44. Hamilton perd le contrôle de sa machine, crève, sort. Rosberg s’échappe en tête.
  • « Nico m’a touché. Nico m’a touché », crie Hamilton à la radio. Le pire endroit pour ça : Spa-Francorchamps est le plus long circuit du Mondial et il va bien faire 5km au ralenti pour rentrer. A part une averse ou une voiture de sécurité, C’en est fini de ses chances.

Nico Rosberg (Mercedes), qui a accroché Lewis Hamilton : « Pas agréable de se faire huer… »

Nico Rosberg (Mercedes), responsable d’une attaque qui a ruiné la course de son équipier Lewis Hamilton, a mal vécu le mécontentement des spectateurs.

Alors que le vainqueur Daniel Ricciardo (Red Bull) était félicité par les applaudissements du public à son arrivée sur le podium du Grand Prix de Belgique, Nico Rosberg (Mercedes) a lui été hué par plusieurs supporters. L’Allemand, qui a été jugé responsable par les patrons de l’écurie Mercedes pour son accrochage avec son équipier Lewis Hamilton, a souhaité jouer l’apaisement à son retour dans le paddock.

« Je n’ai pas encore parlé à Lewis, mais je suis sûr que nous allons nous asseoir et en discuter« , a-t-il réagi. « Naturellement, je suis très déçu pour l’équipe, car nous avions la voiture la plus performante et nous aurions dû réaliser le doublé.« 

Interrogé sur le mauvais accueil des fans dont il a bénéficié lorsqu’il se tenait sur le podium, il a répondu : « Je respecte l’opinion des spectateurs, même si ce n’est pas agréable de se faire huer, c’est sûr. Il y a aussi d’un côté la presse britannique qui va prendre son parti et de l’autre la presse allemande qui sera derrière moi. Nous sommes ici pour vous divertir mais pas de la façon dont nous l’avons fait aujourd’hui. Mais je ne suis pas le mauvais de la bande.« 

Hamilton (Mercedes) : « Rosberg a dit qu’il l’avait fait exprès ! »

Lewis Hamilton (Mercedes) a été estomaqué d’entendre Nico Rosberg avouer qu’il avait fait exprès de l’accrocher au deuxième tour à Spa, par rancœur post-GP de Hongrie. Mais chez Mercedes, tout en condamnant la manoeuvre de Rosberg, on assure qu’elle n’était pas intentionnelle.

La hache de guerre est déterrée entre les pilotes Mercedes au soir du Grand Prix de Belgique. Lewis Hamilton a révélé à la presse avant de quitter le circuit que Nico Rosberg avait admis, durant le débriefing, qu’il lui était délibérément rentré dedans dans le deuxième tour de course. A moins que le Britannique n’ait… mal interprété les propos de son coéquipier.

« C’était déjà assez clair à mes yeux mais nous venons juste d’avoir une réunion à ce sujet et, en gros, il a déclaré qu’il l’avait fait exprès« , a révélé Hamilton, relégué maintenant à 29 points de son équipier.

« Il a dit qu’il l’avait fait pour prouver quelque chose. Il a déclaré qu’il aurait pu éviter l’accrochage. Il a dit précisément :‘Je l’ai fait pour prouver quelque chose’. Il a réellement dit qu’il l’avait fait pour prouver quelque chose ! Et si vous ne me croyez pas, allez voir Toto [Wolff], Paddy [Lowe] et tous les autres membres de l’équipe qui ne sont également pas contents de lui. J’étais véritablement bouche bée quand je l’écoutais durant la réunion. Vous devez lui demander ce qu’il essayait de prouver.« 

Hamilton a ajouté que Rosberg avait même essayé de lui faire porter le chapeau pour leur accrochage. « Il est arrivé dans la pièce et il a déclaré que j’étais le seul responsable. Dès qu’il est arrivé, c’est ce qu’il a dit…« 

Lewis Hamilton (Mercedes), accroché par Nico Rosberg (Mercedes) à Spa : « Je suis dégoûté »

LEWIS_HAMILTON

Lewis Hamilton (Mercedes) ne comprend pas pourquoi Nico Rosberg (Mercedes) a ruiné sa course à Spa et n’a pas caché sa déception, dimanche.

C’est un Lewis Hamilton (Mercedes) abattu qui s’est présenté aux médias à l’issue du Grand Prix de Belgique ce dimanche. Le Britannique a été accroché par son coéquipier Nico Rosberg au deuxième des 44 tours de course alors qu’il occupait la tête de la course.

Un incident qui a ruiné toutes ses chances de résultat et le relègue à 29 points de son rival au classement du Championnat. « Je n’ai pas compris ce qui s’est passé, je viens de revoir l’action et je ne comprends vraiment pas », a-t-il déclaré. « Je suis dégoûté. Pour moi, mais aussi pour l’équipe, car les gars travaillent beaucoup. Nous aurions pu facilement signer le doublé. »

« Ce n’est pas mon boulot de régler ce problème avec Nico », a-t-il répondu quand on l’interrogea sur l’incident. « Je suppose que l’équipe, Toto (Wolff, directeur d’équipe) et Paddy (Lowe, directeur technique) s’en chargeront », a-t-il ajouté.

Résigné, le champion du monde 2008 a finalement choisi l’abandon afin de préserver son moteur pour les prochaines courses. « Je ne pouvais rien faire, je roulais sur la jante et, par après, la voiture était bien plus endommagée qu’il n’y paraît », a-t-il regretté. « Je ne suis même pas parvenu à passer Grosjean. Il n’y avait plus rien tirer de cette course. Il était donc préférable de rentrer au garage pour ménager le moteur, car j’ai un propulseur de moins en réserve par rapport à Nico pour la fin de la saison. »

Pour Wolff, Hamilton a mal compris

Le champion du monde 2008 a laissé entendre que Rosberg avait voulu se venger pour ne pas l’avoir laissé passer au Grand Prix de Hongrie. « Nous avions déjà eu une réunion ce jeudi et Nico n’avait pas caché sa colère. Et j’étais assis là en train de me dire : ‘Cela fait trois semaines et tu n’es toujours pas passé à autre chose ?!’. Il était vraiment énervé, également contre Toto et Paddy ! Mais je pensais que tout allait s’arranger après cette réunion. Pourtant, avec ce qui s’est passé aujourd’hui…« 

A l’arrivée de la 12e manche du Mondial, les responsables de l’écurie allemande ont été clairs. « Lewis était en tête et sur la bonne trajectoire, c’est donc Nico qui est en faute », a tranché Niki Lauda, champion du monde en 1975, 1977 et 1984, et président non exécutif de l’écurie. « Au deuxième tour du Grand Prix, c’est impardonnable. En fin de course, en plein duel, on pourrait le comprendre, mais là c’était inutile. Le résultat final est très mauvais pour Mercedes. »

« C’est inacceptable », a estimé Toto Wolff, directeur de l’équipe et directeur de Mercedes Motorsport. « Nos pilotes ont le droit de se battre entre eux, mais il y a une règle qu’il leur faut respecter, c’est de ne pas se rentrer dedans ! Nous allons régler cela entre nous, mais Nico a commis une grave erreur de jugement. »

Toutefois, en début de soirée, ultime rebondissement avec les précisions apportées par ce même Toto Wollf sur l’intentionnalité de la manoeuvre de Rosberg. « Nico pensait que c’était à Lewis de lui laisser la place, et Lewis ne l’a pas fait. Durant cette réunion, qui fut très tendue, ils n’étaient donc pas d’accord, mais l’accident n’était pas délibéré. C’est du non-sens« , a-t-il affirmé. Même si, sur le fond, le problème reste entier. « Cela ne change absolument pas ce qui s’est passé, a conclu Wolff. Cet accident reste inacceptable à nos yeux. Nico n’était pas prêt à prendre l’échappatoire et c’est ce qui a provoqué l’accrochage. »

Nico Rosberg (Mercedes) : « Ce n’était en rien risqué »

Nico Rosberg (Mercedes) a expliqué qu’il avait vu une opportunité et qu’il l’a saisie, au sujet de son accrochage avec son coéquipierLewis Hamilton.

Accusé par son équipier Lewis Hamilton (Mercedes) d’avoir fait « exprès » de l’accrocher, Nico Rosberg était peu bavard quand il a rencontré la presse avant de quitter le paddock de Spa-Francorchamps.

Interrogé sur son opinion à propos de l’accident, l’Allemand s’est contenté de répondre : « J’ai vu les images vidéo mais je ne souhaite pas m’exprimer. »

« A partir du moment où les commissaires sportifs ont estimé qu’il s’agissait d’un incident de course, c’est la seule façon de décrire ce qui s’est passé », a-t-il ajouté.« J’étais plus rapide à ce moment de la course et j’ai vu une opportunité, j’ai donc essayé de lui faire l’extérieur puisque ce n’était pas possible de le passer par l’intérieur. Pour moi, il n’y avait pas le moindre risque en tentant un dépassement, pourquoi n’aurais-je donc pas dû essayer ? »

« L’opportunité était là, même sans le DRS, car j’étais beaucoup plus rapide, j’ai donc tenté ma chance. Le passer par l’intérieur n’était pas possible, j’ai donc essayé par l’extérieur. Aurais-je dû attendre ? Voilà une question très hypothétique. Qui sait ce qui se serait passé après ça. Comme je l’ai dit, l’opportunité s’est présentée et, selon moi, ce n’était en rien risqué », a-t-il conclu.

Spa 2014 – Daniel Ricciardo (Red Bull), vainqueur : « Les derniers tours ont été très longs ! »

RICCIARDO GRAND PRIX DE BELGIQUE 2014

Daniel Ricciardo (Red Bull) a remporté son troisième grand prix, dimanche à Spa, en maîtrisant sa course et la tentaive de retour deNico Rosberg (Mercedes).

À la surprise générale, Daniel Ricciardo (Red Bull) a remporté le Grand Prix de Belgique, la 12e manche du Mondial, pourtant promis à Mercedes sur le papier. Auteur d’une course opportuniste, le pilote australien, parti de la cinquième position, a d’abord dépassé son coéquipier Sebastian Vettel à la faveur d’une erreur du quadruple champion du monde au 5ème des 44 tours, puis Fernando Alonso (Ferrari).

Il a ensuite exploité pleinement la bonne vitesse de pointe de sa RB10 – peu chargée aérodynamiquement – en ligne droite, tout en suivant à la lettre une stratégie inspirée. À la différence de ses deux précédents succès au Canada et en Hongrie, il a mené une grande partie de la course.

Un solide numéro 3 mondial

« Mener depuis quasiment le début de la course (ndlr : le 9ème tour en fait) est un exercice assez différent », a-t-il expliqué. « La première chose qu’on espère, c’est que la mécanique tiendra le coup. Ensuite, on doit vraiment rester calme, garder un œil sur ses chronos et être aussi régulier que possible. Après mon troisième arrêt, j’ai dû continuer à rouler vite tout en préservant les gommes, car je savais que Nico [Rosberg] allait revenir très fort. Les derniers tours ont été très longs ! »

À Spa-Francorchamps, Daniel Ricciardo, a remporté sa troisième victoire de la saison et demeure jusqu’à présent le seul pilote à avoir battu les Mercedes. Il occupe le troisième rang du classement général provisoire, à 35 longueurs deLewis Hamilton, auteur dimanche de son troisième score vierge pour autant d’abandons cette saison.

Source: www.eurosport.fr