Volkswagen poursuit la déclinaison de sa star. La Golf Sportsvan est le nouveau monospace 5 places de la gamme. Elle vient épauler le Touran dans la gamme et concurrencer directement les Renault Scénic et Citroën C4 Picasso.

Taux d’émission de CO2 et bonus/malus de la version la plus écologique de la Volkswagen Golf Sportsvan : 95 g/kmBonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle Volkswagen Golf Sportsvan : Mars 2014

En bref

Volume de coffre : 500 litres
Technologie identique à la Golf 7
Surcoût : 1 720 €

L’avantage d’une plateforme modulable, c’est que l’on peut varier les plaisirs et les besoins sans (trop) impacter les coûts de production. La plateforme MQB, lancée en primeur sur la Volkswagen Golf, a servi de base au développement d’une soixantaine de véhicules au sein du groupe. Ce pilier industriel sert une nouvelle fois à la marque qui décline aujourd’hui la version monospace de son best-seller.

Rebaptisée Sportsvan, en référence « à un design plus sportif et moins typé monospace », selon Volkswagen, cette voiture n’est autre que la descendante de la Golf Plus. Un modèle qui a davantage séduit nos amis d’outre-Rhin que le reste de l’Europe. Aujourd’hui, la marque récidive mais avec une approche plus « monospace ». En effet, cette fois-ci, le constructeur a pensé à soigner la modularité et le volume de coffre si chers aux familles.
Les mensurations de la Golf enflent naturellement au profit de l’habitabilité. L’empattement gagne 5 cm par rapport à une Golf traditionnelle et c’est un bénéfice certain pour les passagers. À l’avant comme à l’arrière, à la tête et aux genoux, cette Golf Sportsvan offre un espace à vivre capable de faire rougir certains spécialistes du segment, tels Renault et son Scénic. La place du milieu, elle, est en revanche aussi raide qu’un coup de trique. Le coffre progresse et atteint désormais 500 litres de base, avec en prime un logement pour ranger le cache- bagages. La modularité à bord n’atteint pas encore celle d’un monospace compact pur jus, mais l’on s’en rapproche. La banquette arrière (2/3, 1/3) offre des dossiers réglables et coulisse en prime sur 18 cm, ce qui permet de libérer un volume de coffre supérieur d’une centaine de litres (590 litres). Une fois rabattus, ces derniers libèrent un plancher quasi plat et une longueur de chargement de 1,67 m jusqu’au dernier rang et près de 2,60 m si vous prenez l’option siège avant rabattable.

VOLKSWAGEN_SPORTSVAN_2014_INTERIEUR

Les pères de famille apprécieront les nombreux rangements à disposition (tablettes aviation, etc.) et notamment les pratiques tiroirs placés sous les sièges avant. Le tableau serait presque parfait si l’intérieur de cette Golf n’était pas si austère. Malgré une finition irréprochable et des matériaux de qualité, l’ambiance à bord est un voire deux crans en dessous de ce que peuvent proposer un Citroën C4 Picasso ou un Peugeot 3008 par exemple. C’est grâce à cette ligne passe-partout et ce sérieux qu’une Golf garde une très haute valeur résiduelle sur le marché de l’occasion.

VOLKSWAGEN-Golf-Sportsvan-INTERIEUR_2
VOLKSWAGEN-Golf-Sportsvan-5111_10

C’est grâce à cette ligne passe-partout et ce sérieux qu’une Golf garde une très haute valeur résiduelle sur le marché de l’occasion. La Golf Sportsvan (4,33 m) se situe à mi-chemin entre une Golf berline (4,26 m) et le monospace compact de la gamme, le Touran (4,40 m). Avec autant d’atouts dans sa besace, elle amène naturellement le client à se questionner sur l’intérêt du Touran. Ce dernier, qui sera renouvelé l’an prochain, sera désormais proposé en version 7 places avec deux longueurs de châssis, à la manière du Scénic.

Sur la route : qualités préservées

La Golf Sportsvan reprend les fondamentaux qui ont fait le succès de la berline. À savoir légèreté, confort et sécurité. Les plus gros changements concernent l’allongement de l’empattement (+5cm) et la position de conduite surélevée (+6cm) façon monospace. L’allemande reprend les motorisations de la berline (toutes neutres au bonus écologique) avec une offre particulièrement diversifiée en essence (TSi 85, 125 et 150). En diesel, c’est le 1.6 Tdi 110 ch qui se chargera du plus gros des ventes. Son couple musclé (250 Nm) compense amplement les 120 kg de surpoids par rapport à la berline. Ce moteur aux normes Euro 5, n’est pas le plus doué de sa cylindrée mais il a le mérite de figurer parmi les plus sobres. Notre test sur routes de montagne nous aura coûté une moyenne de 6,4l/100 km. Il reste à notre avis amplement suffisant pour qui roule charger régulièrement en passagers et bagages. L’unique intérêt du TDi 150, c’est la présence automatique d’un train arrière multibras, non disponible sur le TDi 110 ch. En effet cette déclinaison Sportsvan suit le même chemin que sa grande sœur et propose ce dernier exclusivement sur les « grosses » motorisations. Le niveau de confort à bord de notre version « classique » nous a semblé tellement bon qu’il ne nécessite pas selon nous d’investir.

 

Malgré un centre de gravité plus élevé, la Sportsvan fait preuve des mêmes talents routiers que la Golf. Un châssis remarquable qui la place aisément au niveau d’un Citroën C4 Picasso et d’un Peugeot 3008 à la conduite. Précise, dynamique et efficace, cette Sportsvan pourrait très vite redorer le blason de son ancêtre, feu la Golf Plus.

Equipement : la maladie du packs

VOLKSWAGEN-Golf-Sportsvan-5111_5Volkswagen commercialise la nouvelle Golf Sportsvan à partir de 20 490 € (TSi 85 finition Trendline). Cette entrée de gamme embarque de série : 8 airbags, le système de détection de fatigue, le système de pré-collision, la climatisation, le verrouillage centralisé, l’autoradio MP3. Le cœur de gamme (1.6 TDi 110 ch Confortline : 28 070 €) s’enrichit de l’allumage automatique des feux, des jantes alliage 16’’, des antibrouillards, de l’aide au stationnement Av et AR, de l’écran tactile multimédias 5,8’’ avec port USB, etc. Le haut de gamme « Carat » (à partir de 27 820 €) ajoute le régulateur de vitesse adaptatif, le système de surveillance « front assist », les jantes alliage 17’’, la sellerie alcantara/tissus et la navigation. Comme à son habitude, Volkswagen propose tout un tas de pack en option. Parmis la dizaine proposée, le Pack « Drive assist 2 » (850 €) nous semble le plus pertinent. Il embarque toute la technologie de sécurité active (lecture des panneaux, détecteur d’angles morts, maintien dans la voie, park assist, light assist, etc.) . C’est avec ce genre d’offre que Volkswagen se distingue de la concurrence et notamment des français.

Volkswagen positionne désormais cette Golf Sportsvan comme un monospace compact. Elle entre désormais en concurrence directe avec les ténors de la catégorie en version 5 places, à savoir le Renault Scénic, le Citroën C4 Picasso et le Ford C-max.

Bilan : un vrai monospace

BILAN_UN_VRAI_MONOSPACE

Plus familiale, plus spacieuse et tout aussi dynamique qu’une Golf traditionnelle, cette déclinaison Sportsvan redore le blason de la Golf Plus qu’elle remplace au catalogue. Malgré son look consensuel et son habitacle austère, cette voiture empile les qualités. A quelques détails près (sièges arrière indépendants), Volkswagen propose ici un véritable monospace compact capable de rivaliser avec les leaders de la catégorie, le tout à un prix raisonnablement contenu (+1720 € de surcoût) par rapport à une Golf.

 

Source : caradisiac.com

source image : autoevolution.com