Non sans mal, Sébastien Ogier réalise le doublé en Sardaigne

Sébastien Ogier (Volkswagen) a remporté dimanche le Rallye d’Italie, sixième manche du Mondial, comme en 2013. Le champion du monde en titre s’adjuge sa quatrième victoire en six épreuves. Il a devancé de 1’23″ le Norvégien Mads Ostberg (Citroën WRT) et de 1’32″ son propre coéquipier, le Finlandais Jari-Matti Latvala.

Comme en 2013, Sébastien Ogier (VW Motorsport) a remporté dimanche le Rallye d’Italie, sa quatrième victoire en six courses cette saison. Surtout, il signe son vingtième succès en WRC. De fait, il renforce sa position en tête du Championnat du monde pratiquement à mi-saison avec 33 points d’avance sur son coéquipier Jari-Matti Latvala (VW Motorsport). Le troisième de l’épreuve italienne, Mads Ostberg (Citroën WRT), est aussi troisième du championnat avec 66 points.

Leader vendredi, Jari-Mati Latvala a rencontré des ennuis mécaniques samedi, et a terminé deuxième de la power stage, l’ES17 longue de 8,98km, remportée par le Norvégien Andreas Mikkelsen (Volkswagen Motorsport 2). Ogier, troisième, empoche au total 26 points contre 17 à son principal adversaire cette année pour le titre.

Ogier a bataillé vendredi pour ensuite gérer dimanche

La performance d’Ogier a été longue à se décider car, en tête du Championnat du monde au départ du rallye, il a dû s’élancer le premier vendredi et nettoyer les routes étroites et poussiéreuses de la Sardaigne, au moins pendant la matinée. A la mi-journée, les deux premiers du Championnat Ogier et Latvala ne figuraient alors qu’à la huitième et sixième place à une vingtaine de secondes du leader, le Belge Thierry Neuville (Hyundai Motorsport). Mais les deux pilotes Volkswagen ont réalisé une remontée spectaculaire et ont bénéficié, en autres, du fait que Neuville a cassé sa suspension avant droite. Vendredi soir, deux Volkswagen étaient donc en tête grâce à Latvala et Ogier, le Finlandais n’abandonnant son bien au Français qu’à l’issue de la dernière spéciale de samedi, l’ES13, sur crevaison.

Dimanche, Ogier n’avait plus qu’à gérer la centaine de secondes d’avance qu’il possédait alors sur Ostberg peu décidé de son coté à se faire rattraper par Latvala, qui avait reculé à la troisième place. Peu importe, déjà détenteur depuis l’Argentine de la plus longue série de victoires d’un constructeur en Championnat du monde, Volkswagen signe son dixième succès consécutif.

Source: www.eurosport.fr