L’ouvreur anglais de Toulon, Jonny Wilkinson (34 ans), a annoncé ce lundi qu’il mettrait un terme à sa carrière à la fin de la saison.

Wilko1

Après Sébastien Chabal, c’est un autre monument du rugby mondial qui met un terme à sa carrière ! L’ouvreur anglais de Toulon, Jonny Wilkinson (34 ans ; 97 sélections), a annoncé ce lundi qu’il arrêterait de jouer à la fin de la saison. Il ne lui reste donc plus que deux matchs avant de baisser le rideau: une finale de H Cup et une finale de Top 14. Il y a pire comme fin. « Je souhaite annoncer officiellement ma retraite de joueur de rugby aujourd’hui. Cela va sans dire que j’ai énormément de personnes à remercier pour leur soutien partout dans le monde mais surtout ici en France et en Angleterre. Par contre, ce n’est pas du tout le moment de se concentrer sur ma retraite car je voudrais focaliser toute mon attention et mon énergie sur l’équipe et ces deux derniers matchs de la saison. Je veux sincèrement tous vous remercier pour tout ce que vous m’avez donné et pour avoir fait de ces dix-sept dernières années quelque chose que je n’oublierai jamais », a précisé Wilkinson sur le site du RCT. Par ailleurs, l’Anglais veut rester très concentré sur ses deux derniers objectifs et ne fera aucun commentaire avant la fin du mois de mai.

2003, son sommet

Wilkinson a tranché. Sa carrière, il va l’arrêter au sommet. Avant peut-être d’attendre le firmament s’il décroche le bouclier de Brennus le 31 mai prochain face à Castres. Un canonnier hors-pair et un sens du professionnalisme incroyable. Sa notoriété, il l’a bien évidemment construite grâce à la précision chirurgicale de son jeu au pied. Une gestuelle connue de tous et tellement efficace. Deuxième meilleur marqueur de tous les temps sur la scène internationale (1246 points) derrière le Néo-Zélandais Dan Carter, Wilkinson a offert à son pays, l’Angleterre, la Coupe du monde 2003, grâce à un drop face à l’Australie. Un geste entré dans la légende. S’il n’a connu que deux clubs (Newcastle et Toulon), sa vitrine à trophées est bien garnie avec une Coupe du monde, un grand chelem (2003), trois Tournoi des 6 nations (2000, 2001 et 2011), une H Cup (2013), un titre de champion d’Angleterre (1998), deux Coupe d’Angleterre (2001 et 2004). Retenu à six reprises avec les Lions britanniques, il a obtenu en 2003 le titre de meilleur joueur du monde. « Jonny est un roi et il a le choix du roi. C’est Jonny de Toulon, c’est le roi à Toulon et on ne lui impose absolument rien parce qu’il le mérite », avait déclaré il y a quelques semaines le président Mourad Boudjellal. Le « roi » a choisi et, il faut bien l’avouer, sa décision nous laisse une grande émotion. Et va laisser un grand vide sur le planète ovale.

Wilko2